Imprimer cette page

Le ministre du Travail visite une usine de Brantford

Nouvelles

Le ministre du Travail, M. Charles Sousa, s’est rendu aujourd’hui dans une usine de produits de soins de santé, à Brantford, pour souligner l’importance de prévenir les troubles musculo-squelettiques (TMS).

Le ministre est allé à l’usine Deb Healthcare, à Brantford, pour mieux faire connaître les risques associés aux troubles musculo-squelettiques (TMS), qu’on appelle parfois aussi « lésions attribuables au travail répétitif ». L’usine fabrique des produits pour soins de santé destinés aux particuliers et aux entreprises. La visite du ministre a eu lieu juste après la Journée de sensibilisation aux lésions attribuables au travail répétitif, le 28 février.

Ces blessures se manifestent au niveau des muscles, des tendons et des nerfs. Elles sont causées par une exposition prolongée à des gestes répétitifs et à des postures inconfortables.

Le ministère du Travail a fait, l’automne dernier, un contrôle éclair qui a ciblé les risques reliés aux TMS. Il a aussi créé un outil interactif en ligne qui permet aux gens de se renseigner sur ces blessures (et de les prévenir) en cliquant sur des parties du corps humain. Pour chaque partie du corps humain, l'outil indique les tâches qui pourraient causer des TMS et recommande des façons de réduire les risques (p. ex., ne pas trop étendre le bras lorsqu’on utilise la souris d’un ordinateur).

L'outil s'inscrit dans les efforts que déploie le gouvernement McGuinty pour prévenir les blessures professionnelles. Le gouvernement provincial s'associe également à des organismes du système ontarien de santé et de sécurité au travail et à d’autres organismes afin de combattre les TMS, entre autres en fournissant des ressources aux employeurs et aux travailleurs. Ces ressources comprennent un guide de prévention des TMS, un manuel de ressources et des « boîtes à outils ».

Citation

« Notre gouvernement tient à ce que les travailleurs soient protégés contre les TMS, qui sont les blessures le plus souvent signalées dans les lieux de travail. En collaborant, nous pouvons veiller à ce que nos lieux de travail soient conscients des risques qui ont causé tant de douleurs et tant de souffrance à des milliers de travailleurs. » – Charles Sousa, ministre du Travail

Faits en bref

  • En 2009, les TMS ont représenté 44 p. 100 des blessures qui ont entraîné un arrêt de travail en Ontario. Cela s’est traduit par la perte de plus de 900 000 jours de travail.
  • Entre 2003 et 2009, les demandes d’indemnisation pour des TMS ont coûté plus de 900 millions de dollars à la Commission de la sécurité au travail et de l'assurance contre les accidents du travail.
  • De 2003 à 2009, le nombre de blessures avec arrêt de travail causées par des TMS a baissé de 30 p. 100. Les meilleurs gains ont eu lieu entre 2008 et 2009 (plus du tiers de la réduction du nombre de blessures enregistrées depuis 2003).

Pour en savoir plus

Voir ce que fait l'Ontario pour aider à prévenir les TMS.