Imprimer cette page

Déclaration à l’Assemblée législative
par l’honorable Kevin Flynn,
ministre du Travail,
au sujet de la Journée de l’équité salariale

  • Diffusion : le 20 avril 2015
  • Dernière mise à jour : avril 2015

SOUS RÉSERVE DE MODIFICATIONS

Monsieur le Président,

Je m’adresse à l’Assemblée législative aujourd’hui pour reconnaître le 20 avril comme étant la Journée de l’équité salariale en Ontario.

Ce jour est celui qui est déterminé chaque année dans divers pays du globe pour marquer le temps supplémentaire qu’il faut à une femme pour gagner autant qu’un homme.

Je souhaite reconnaître les défenseurs, les responsables communautaires et les personnes qui travaillent chaque jour pour mettre un terme à la disparité salariale.

Je souhaite particulièrement reconnaître le leadership d’Emanuela Heyninck, commissaire à l’équité salariale de l’Ontario, et les remercier, elle et son personnel au Bureau de l’équité salariale, au nom des Ontariennes et des Ontariens.

Monsieur le Président, aujourd’hui, nous reconnaissons le rôle crucial que jouent les femmes dans notre économie, tout en réfléchissant sur cette sombre réalité : les femmes continuent à gagner moins, en moyenne, que les hommes.

La Journée de l’équité salariale nous rappelle que nous devons nous consacrer à éliminer cette discrimination et veiller à ce que la formidable contribution des femmes à notre économie et à la province de l’Ontario soit pleinement valorisée et reconnue.

C’est pourquoi la première ministre m’a demandé, dans sa lettre de mandat, de travailler avec la ministre déléguée à la Condition féminine, Tracy MacCharles, pour diriger la création d’une stratégie sur l’écart salarial qui permettra de combler l’écart entre les hommes et les femmes dans le contexte de l’économie du 21e siècle.

C’est une tâche importante dont la ministre MacCharles et moi serons heureux de nous acquitter.

Au cours des dernières années, notre gouvernement a pris de nombreuses mesures pour améliorer la vie des femmes ontariennes.

Par exemple, la Direction générale de la condition féminine de l’Ontario a créé le programme de Microfinancement destiné aux femmes de l’Ontario qui a permis à plus de 900   à faible revenu d’établir et d’élargir leurs propres entreprises.

Nous accordons aussi une attention particulière au soutien des femmes à faible revenus :

Ainsi, en raison des initiatives entreprises dans le cadre de la Stratégie de réduction de la pauvreté, le taux de pauvreté chez les enfants des mères chefs de famille a baissé, passant de 44 pour 100 à 36 pour 100 en deux années seulement.

De plus, depuis juillet 2014, la Prestation ontarienne pour enfant a augmenté à un maximum de 1 310 $ par année par enfant, soit plus du double de la prestation maximale de 2009.

L’Ontario a considérablement investi dans les services de garde d’enfants et poursuit sa mise en œuvre de la maternelle à plein temps. Cela aide les femmes à participer à la population active, en sachant que leurs enfants reçoivent de bons services.

Nous avons aussi augmenté le salaire minimum huit fois depuis 2003, la neuvième augmentation entrant en vigueur le 1er octobre. Cette augmentation aidera les femmes à faible revenu qui forment la majorité des personnes gagnant le salaire minimum en Ontario.

Depuis 2003, plus de 2 200 femmes ont été formées dans le cadre du Programme de formation des femmes aux métiers spécialisés et à la technologie de l'information. Ce programme permet aux femmes à faible revenu d’obtenir la formation nécessaire pour obtenir des emplois plus rémunérateurs.

Et le mois dernier, la première ministre Wynne et le ministre MacCharles ont publié le Plan d’action pour mettre un terme à la violence et au harcèlement à caractère sexuel pour l’Ontario.

La mise en œuvre du plan sera effectuée par un grand nombre de ministères, dont le mien, et le but consiste à lutter contre la violence, le harcèlement et la discrimination à caractère sexuel et de mener des activités de sensibilisation à cet égard, ainsi que d’améliorer le soutien apporté aux survivants en Ontario.

Ces initiatives, comme l’élimination de l’écart salarial, nous rapproche d’une équité accrue…

Parce que nous savons que pour les femmes en Ontario, l’équité c’est bien plus que l’argent…

C’est de ne pas avoir à composer avec le harcèlement et les mauvais traitements et c’est l’égalité des chances.

Nous ne sommes pas encore là, Monsieur le Président, mais nous faisons des progrès.

Et aujourd’hui nous prenons encore un pas dans la bonne direction.

Aujourd’hui, mon ministère annonce que nous avons nommé deux personnalités ontariennes exceptionnelles comme conseillers externes auprès du nouveau Comité directeur de la Stratégie pour l’équité salariale entre les sexes mis en place par notre gouvernement.

Linda Davis, ancienne présidente de Business and Professional Women’s Clubs of Ontario (BPW Ontario), est actuellement membre exécutive du conseil d’administration de cet organisme et représentante de la Equal Pay Coalition au sein de ce conseil d’administration.

Parbudyal Singh est professeur de gestion des ressources humaines à l’Université York, à Toronto. Les travaux de recherche de M. Singh englobent les questions émergentes en gestion des ressources humaines et en relations de travail.

Madame Davis et Monsieur Singh rejoindront les rangs de la commissaire à l’équité salariale de l’Ontario et de la directrice générale de mon ministère, qui sont membres d’office du Comité.

Monsieur le Président, le Comité directeur de la Stratégie pour l’équité salariale entre les sexes tiendra des séances de consultation provinciale en 2015 et formulera des recommandations pour aider à créer une stratégie visant à combler cet écart en mettant en œuvre les interventions du secteur de l’entreprise, du gouvernement, de la population active et de l’ensemble des Ontariennes et des Ontariens.

Notre gouvernement est résolu à assurer l’équité aux femmes en Ontario. Nous avons renforcé les perspectives économiques des Ontariennes et supprimé les obstacles qui empêchent leur pleine participation à la vie active. La Stratégie pour l’équité salariale entre les sexes que le Comité directeur entend rédiger mettra à profit les progrès que nous avons réalisés et améliorera considérablement les résultats économiques des Ontariennes et de la province dans l’ensemble.

J’attends avec impatience de recevoir les recommandations du Comité directeur au printemps 2016, lorsque les consultations seront à leur terme.

En reconnaissant cette journée, Monsieur le Président, l’Ontario se joint à d’autres régions du monde pour reconnaître que, malgré les importants progrès réalisés, cette iniquité subsiste et qu’il nous reste encore beaucoup à faire.

Les Ontariennes regroupent des femmes innovatrices, des scientifiques, des enseignantes et des directrices générales et – je suis très fier de le dire – la première ministre de l’Ontario.

Pourtant, tant qu’il restera un écart salarial, il nous reste encore du pain sur la planche.

En vérité, Monsieur le Président, la Journée de l’équité salariale est un jour qui ne devrait pas avoir de raison d’être.

Reconnaître la valeur du travail que font les femmes contribue à une société plus équitable, juste et prospère.

Notre objectif est de bâtir un Ontario où les femmes et les hommes ont des chances égales de réaliser leur plein potentiel dans un milieu de travail moderne, contribuant ainsi à la croissance économique de la province.

Combler l’écart salarial entre les sexes est un volet nécessaire de cet objectif.

Merci, Monsieur le Président.