Imprimer cette page

DOCUMENT D'INFORMATION

La campagne éclair cible les chutes, les glissades et les trébuchements

  • Diffusion : 9 février 2015
  • Dernière mise à jour : février 2015
  • Voir aussi : Bulletin

Les inspectrices et les inspecteurs examineront les dangers liés aux chutes, aux glissades et aux trébuchements dans les lieux de travail du secteur industriel, du 2 février au 15 mars 2015.

Le resserrement des contôles s’inscrit dans l’initiative provinciale Sécurité au travail Ontario, lancée en juin 2008.

Durant la campagne éclair les inspecteurs du ministère du Travail s'assureront que les employeurs prennent les mesures nécessaires pour évaluer ses dangers, comme l'exigent :

Au cours des 10 dernières années, en Ontario, il y a eu un certain nombre d'incidents graves lors desquels des travailleurs ont fait des chutes dans des lieux de travail industriels.

En 2013, dans le secteur industriel, il y a eu 11 décès liés à des chutes en milieu de travail, la majorité desquelles sont survenues à différentes hauteurs (sur les toits, dans les échelles, les échafaudages ou autres surfaces de travail surélevées).

Au cours de la même année, en Ontario, un peu plus de 70 % des blessures liées à des chutes dans l'ensemble des secteurs ont été causés par des chutes de même hauteur (chutes au sol et sur d'autres surfaces). Les chutes de hauteur ont causé près de 29 % des blessures liées à des chutes et de nombreux décès liés au travail, en Ontario.

Plusieurs facteurs peuvent accroître les risques de chute pour les travailleurs:

  • un mauvais éclairage, des surfaces glissantes, un mauvais entretien (zone de travail désordonnée ou encombrée et autres conditions de travail laissant à désirer);
  • les mezzanines ou les balcons sans garde-corps, les ouvertures dans les planchers, les surfaces de travail et autres structures non protégées;
  • le matériel mal utilisé ou en mauvais état (p. ex., les échelles, les échafaudages et le matériel d'accès suspendu);
  • un équipement de protection individuelle inadéquat;
  • les mauvaises pratiques de travail (p. ex., des méthodes de travail confuses où le travail se fait à la hâte pour respecter une échéance;
  • le manque d'information et de directives;
  • des chaussures inadéquates.

Objectif de la campagne éclair

Les inspecteurs industriels visiteront un éventail de lieux de travail dans le secteur industriel, notamment :

  • des restaurants;
  • des commerces de détail;
  • des usines de production d'aliments, de boissons et de produits du tabac;
  • des lieux de travail spécialisés dans la vente et l'entretien de véhicules;
  • des lieux de travail spécialisés en arboriculture et en aménagement paysager;
  • des usines de transformation du bois et des métaux.

En particulier, les inspecteurs examineront les lieux de travail suivants :

  • ceux connus pour avoir un fort taux de blessures impliquant des chutes;
  • ceux pour lesquels des plaintes ont été reçues;
  • ceux qui ont des antécédents de non-conformité.

Les inspecteurs prendront des mesures d'application de la loi, au besoin, en réponse à toute infraction à la LSST et à ses règlements.

Priorités

Les inspecteurs se pencheront sur les priorités clés suivantes :

Politiques et programmes : les inspecteurs s'assureront que les employeurs ont des politiques et des programmes en place pour protéger les travailleurs contre les chutes, les glissades et les trébuchements, par exemple l'obligation de maintenir des pratiques d'entretien adéquates et de veiller à ce que les incidents liés à des chutes fassent l’objet d’une enquête. Ils s'assureront aussi que les employeurs ont en place des procédures d’urgence pour les travailleurs qui font une chute ou dont l'équipement de protection contre les chutes est actionné.

Accès et évacuation : les inspecteurs s'assureront que les employeurs prévoient un accès adéquat aux zones de travail et une procédure d’évacuation appropriée.

Pratiques de travail sécuritaires : les inspecteurs s'assureront que les employeurs ont élaboré des pratiques de travail sécuritaire, notamment une évaluation des risques de chute, de glissade et de trébuchement. Ils s'assureront aussi que les travailleurs suivent des pratiques de travail sécuritaire, par exemple en ce qui concerne le nettoyage de déversements et l'utilisation sécuritaire des échelles, des supports mobiles et des plates-formes.

Chutes d’échelles et de plates-formes fixes et mobiles : les inspecteurs s'assureront que les employeurs ont évalué les dangers associés aux échelles, aux supports mobiles et aux plates-formes et s'assureront que cet équipement est maintenu en bon état et bien stabilisé avant son utilisation.

Glissades et trébuchements de plain-pied : les inspecteurs s'assureront que les planchers et autres surfaces de travail sont bien dégagés et ne présentent aucun danger (p. ex., des planchers couverts d’huile ou de graisse) ni aucune accumulation de débris, de neige ou de glace. Une attention particulière sera accordée aux passages, aux couloirs et aux aires où circulent des piétons.

Chutes de hauteurs : les inspecteurs s'assureront que les employeurs utilisent l'équipement de protection contre les chutes, des garde-corps ou tout autre équipement de sécurité pour le travail effectué sur les plates-formes, les planchers surélevés, les mezzanines et les balcons ou pour d'autres travaux réalisés en hauteur.

Chutes d’objets provenant de camions ou de chargements : les inspecteurs s'assureront que les travailleurs utilisent des pratiques de travail sécuritaires s'ils sont exposés au danger que présentent les objets pouvant tomber de la plate-forme d’un camion, d’un camion-remorque ou d’un chargement.

Ergonomie : les inspecteurs s’assureront que les travailleurs exécutent leurs tâches de manière à prévenir les chutes, les glissades et les trébuchements. Entre autres, ils vérifieront la posture des travailleurs, l'utilisation de la force et d'autres facteurs ergonomiques. Par exemple, ils s'assureront que les travailleurs portent les objets de sorte que leur vue ne soit pas obstruée ou qu'ils travaillent dans les échelles de façon sécuritaire et de manière à ne pas perdre l’équilibre.

Équipement de protection individuelle et dispositifs de sécurité : les inspecteurs s'assureront que lorsque les employeurs utilisent de l'équipement de protection contre les chutes, celui-ci est maintenu en bon état.

Formation du personnel : les inspecteurs s'assureront que les travailleurs reçoivent l'information, les directives et la supervision nécessaires sur la prévention des blessures et des décès, la protection contre les risques de chute, de glissade et de trébuchement, ainsi que le droit de refuser un travail dangereux.

Craig MacBride, Bureau du ministre, 416 326-7709
Jackie Rancourt, Direction des communications, 416 326-1407

ontario.ca/travail-nouvelles
Available in English