Imprimer cette page

Déclaration à l’Assemblée législative
par l’honorable Kevin Flynn,
ministre du Travail
à l’occasion du Jour de deuil

  • Diffusion : le 28 avril 2014
  • Dernière mise à jour : avril 2014

SOUS RÉSERVE DE MODIFICATIONS

Monsieur le Président, aujourd’hui, en Ontario et partout au Canada, nous nous recueillons un instant pour penser à tous ceux et celles qui ont péri sur leur lieu de travail ou qui ont souffert de blessures ou de maladies liées à leur emploi.

En ce jour, les drapeaux sont mis en berne pour rendre hommage aux amis, voisins et proches dont la vie a été écourtée ou touchée par un incident sur le lieu de travail – incident presque toujours prévisible et évitable.

Depuis les années 1980, le gouvernement de l’Ontario marque le Jour de deuil national.

C’est un jour de commémoration — et un jour durant lequel nous devons, toutes et tous, faire preuve d’une plus grande détermination que jamais à faire en sorte que les sacrifices des travailleuses et travailleurs décédés et de leurs familles ne soient pas vains.

Notre gouvernement a presque doublé le nombre des inspectrices et des inspecteurs de la santé et de la sécurité au travail de la province.

Depuis 2003, le nombre des accidents professionnels traumatiques a baissé de 30 pour 100 en Ontario.

Nous savons toutefois que nous devons prévenir les blessures, et c’est pourquoi nous avons nommé le tout premier directeur général de la prévention de l’Ontario.

De plus, nous redoublons d’efforts pour nous assurer que toutes les Ontariennes et tous les Ontariens connaissent leurs droits et leurs responsabilités aux termes de la Loi sur la santé et la sécurité au travail.

Nous nous soucions en particulier des nouveaux arrivants et des autres personnes dont la langue première n’est ni le français, ni l’anglais. C’est pour cela que nous diffusons nos renseignements sur la santé et la sécurité au travail dans plusieurs langues.

Nous organisons chaque année des inspections éclair dans une variété de secteurs et d’industries, afin d’assurer la sécurité des travailleurs sur leurs lieux de travail.

Pour protéger les jeunes, par exemple, les inspectrices et inspecteurs de la santé et de la sécurité du ministère du Travail s’apprêtent à mener des inspections dans les lieux de travail vers lesquels les jeunes, et en particulier les étudiantes et étudiants, se tournent le plus souvent pour obtenir un emploi d’été.

Ces efforts reflètent notre nouvelle stratégie intégrée visant à promouvoir des lieux de travail sécuritaires et sains, et ce, en :

  • aidant les travailleurs les plus vulnérables, tels que les immigrants récents et les jeunes;
  • soutenant les améliorations en matière de santé et sécurité au travail au sein des petites entreprises;
  • agissant pour éliminer les dangers qui sont reconnus comme étant les plus graves et qui sont assez répandus.

Nous faisons de bons progrès.

Nous savons que les chutes associées au travail en hauteur causent un nombre important de blessures et de décès. C’est pourquoi le ministère a entamé de vastes consultations sur la mise en œuvre de normes de formation concernant les précautions à prendre dans le cadre de ce type de travail.

Nous sommes aussi en train de procéder à un examen approfondi de la sécurité minière, en consultation avec des intervenants du secteur minier, et en particulier des employeurs et des employés, afin d’améliorer plus encore la santé et le bien-être des personnes qui travaillent dans ce secteur.

Enfin, depuis octobre 2012, la pose d’une affiche bien en vue énonçant les droits et les responsabilités des travailleurs, des superviseurs et de l’employeur au travail est obligatoire dans tous les lieux de travail soumis à la réglementation provinciale.

À compter du 1er juillet 2014, les travailleuses et travailleurs et les personnes qui les supervisent sur les lieux de travail devront toutes et tous suivre une formation relative à la santé et à la sécurité au travail – une formation axée sur la prévention des blessures et des maladies professionnelles.

Voilà autant d’actions lancées par mon ministère. Nous en appelons à l’ensemble des Ontariennes et des Ontariens pour nous aider.

Chaque fois que l’adversité frappe la province, les Ontariennes et les Ontariens se mobilisent et s’unissent pour le bien de tous.

Qu’il s’agisse d’une tempête de verglas, d’une inondation ou d’un feu de forêt, nous sommes de l’engeance qui se serre les coudes et qui s’entraide. Le souci du prochain est l’une des plus belles caractéristiques des Ontariennes et des Ontariens.

Aujourd’hui, nous vous implorons de ne pas attendre que l’adversité frappe à nouveau.

Aujourd’hui, nous demandons à l’ensemble des Ontariennes et des Ontariens de s’engager à faire tout ce qui est en leur pouvoir pour prévenir les blessures et les maladies professionnelles, de manière à ce que les travailleuses et les travailleurs de la province puissent – sans exception – revenir à la maison sains et saufs à la fin de leur journée de travail.

Monsieur le Président, dans un instant, nous allons observer une minute de silence pour les personnes qui sont décédées au travail ou qui ont souffert en raison d’une maladie d’une blessure professionnelle dans notre province.

Rendons hommage aux défunts et témoignons du respect aux personnes blessées ou malades.

Renouvelons par la même occasion notre engagement, les uns envers les autres, à amener un avenir sans blessures ni maladies professionnelles.

Merci beaucoup.