Imprimer cette page

DOCUMENT D'INFORMATION

Les dangers associés à la manutention de matériaux : point de mire de la campagne éclair sur la sécurité au travail

Les inspecteurs du ministère du Travail mettront l’accent sur les dangers entourant la manutention de matériaux lors d’une campagne éclair de six semaines dans l’ensemble de l’Ontario en septembre et octobre 2014. Les inspecteurs vérifieront que les employeurs, les superviseurs et les travailleurs respectent les exigences de la Loi sur la santé et la sécurité au travail (LSST) et de ses règlements.

La manutention de matériaux englobe les activités telles que le chargement, le déchargement, l’entreposage et le mouvement des biens et des fournitures. Ces tâches sont exécutées à la main ou à l’aide d’appareils mécaniques ou de matériel mobile tels que treuils, grues et chariots élévateurs.

Les travailleurs peuvent subir des blessures graves ou même perdre la vie en raison de dangers liés à la manutention de matériaux.

En 2012, les troubles musculosquelettiques représentaient 39 pour cent de l’ensemble des blessures avec interruption de travail, selon la Commission de la sécurité professionnelle et de l’assurance contre les accidents du travail (CSPAAT).

Le contact avec des objets et du matériel (contre lesquels des travailleurs se sont heurtés ou par lesquels ils ont été heurtés) représentait en moyenne plus de 26 pour cent des demandes d’indemnisation avec interruption de travail.

Ensemble, ces deux types de blessures ont représenté entre 65 et 70 pour cent de toutes les interruptions de travail, selon la CSPAAT.

Dangers

Voici des exemples de dangers entourant la manutention de matériaux :

  • le fait de soulever des charges de manière inadéquate ou de porter des charges qui sont, soit trop importantes, soit trop lourdes, avec pour résultat des foulures et des entorses;
  • le fait d’être heurté par des matériaux ou pris entre ceux ci ou le fait d’être pris dans des zones de coincement, avec pour résultat des fractures et des contusions;
  • la chute ou l’écroulement de matériaux entreposés de manière inadéquate ou dont les attaches ou autres dispositifs de fixation ont été coupés ou détachés de manière inadéquate, avec pour résultat des blessures telles que lésions, contusions et écrasements;
  • le contact avec du matériel, des véhicules ou des appareils de levage en mouvement, ou avec leurs charges non sécurisées qui tombent ou s’écroulent, avec pour résultat des blessures graves ou mortelles;
  • les chutes de même niveau et les chutes de hauteurs lorsqu’on tente de déplacer, de placer ou d’entreposer des matériaux de manière non sécuritaire ou d’y accéder de manière non sécuritaire, avec pour résultat des blessures graves ou mortelles.

Le risque de blessure au dos et de claquages musculaires (blessures et troubles musculosquelettiques) qui apparaissent en soulevant et en déplaçant des objets lourds et volumineux est courant dans les lieux de travail où des matériaux sont manipulés régulièrement.

Les incidents où des travailleurs sont « heurtés » ou « écrasés » par des outils, des matériaux, du matériel ou des véhicules peuvent entraîner des blessures graves.

Cible des inspections éclair

Les inspecteurs du ministère visiteront un éventail de lieux de travail dans le secteur industriel et accordera une attention particulière aux secteurs suivants :

  • produits en céramique, en verre et en pierre;
  • produits chimiques, caoutchouc et matières plastiques;
  • fabrication de produits en bois et en métal;
  • automobile;
  • lieux de construction;
  • centres de matériaux de construction;
  • aliments, boissons et tabac;
  • pâtes et papier;
  • textiles et impression.

Les inspections éclair cibleront également les lieux de travail suivants :

  • ceux avec une haute incidence de blessures avec interruption de travail;
  • ceux qui n’ont pas été visités par le ministère auparavant;
  • ceux pour lesquels des plaintes ont été reçues;
  • ceux qui ont des antécédents de non conformité.

Les inspecteurs prendront des mesures d’application de la loi, au besoin, en réponse à toute violation de la Loi sur la santé et la sécurité au travail et de ses règlements.

Priorités

  • Grues et autres appareils de levage : les inspecteurs veilleront à ce que les employeurs aient des grues et autres appareils de levage (y compris l’équipement et le matériel d’arrimage associés) calibrés en fonction de leurs charges et bien entretenus.
  • Aménagement et conception du lieu de travail : les inspecteurs veilleront à ce que les employeurs fournissent un accès sécuritaire et adéquat aux aires de travail. Ils vérifieront également que les travailleurs et les piétons ne soient pas mis en danger par le matériel mobile ou le mouvement de matériaux dans leur lieu de travail.
  • Procédures de manutention manuelle : les inspecteurs vérifieront que les employeurs se sont assurés que les travailleurs exécutent les tâches et interagissent avec leur environnement de travail de façon à prévenir les blessures musculosquelettiques et le risque de glissades, de trébuchements et de chutes.
  • Matériel mobile et de transport : les inspecteurs vérifieront que les employeurs se sont assurés que le matériel convient à l’utilisation qui en sera faite, qu’il est bien entretenu et que les pratiques sécuritaires sont respectées (p. ex., procédures sécuritaires d’arrimage du chargement et plans de gestion de la circulation sur le lieu de travail).
  • Systèmes d’entreposage : les inspecteurs vérifieront que les employeurs s’assurent que les matériaux sont placés ou entreposés de manière à ne pas mettre les travailleurs en danger et qu’ils peuvent être enlevés ou retirés sans mettre la sécurité des travailleurs en danger. Ils se concentreront particulièrement sur le matériel en vrac et le matériel de rayonnage ainsi que sur les pratiques et les processus automatisés ou d’unitisation et de palettisation du matériel.
  • Système de responsabilité interne : les inspecteurs vérifieront et évalueront le système de responsabilité interne afin de s’assurer que des délégués à la santé et à la sécurité ou des comités mixtes sur la santé et la sécurité sont en place, s’il y a lieu, et qu’ils fonctionnent comme l’exige la LSST. De plus, ils vérifieront qu’il y a en place des politiques énonçant les rôles des parties dans le lieu de travail afin d’assurer que leurs lieux de travail ne comportent aucun danger.
  • Formation des travailleurs : les inspecteurs vérifieront si les employeurs fournissent aux travailleurs les renseignements et les directives nécessaires pour leur permettre d’exécuter les tâches qui leur sont attribuées.
  • Supervision sur le lieu de travail : les inspecteurs vérifieront que l’employeur assure aux travailleurs la supervision requise aux termes de la LSST.

Craig MacBride, Bureau du ministre, 416 326-7709
Jackie Rancourt, Direction des communications, 416 326-1407

ontario.ca/travail-nouvelles
Available in English