Imprimer cette page

Célébrer 100 ans de protection pour les travailleurs de l'Ontario

  • Diffusion : 5 novembre 2013
  • Dernière mise à jour : novembre 2013

Les principes Meredith continuent de protéger les travailleurs blessés et malades

Sir William Ralph Meredith est probablement le politicien le plus influent de l'histoire de l'Ontario dont vous n'avez jamais entendu parler. Et pourtant, en tant que fondateur de ce que nous appelons aujourd'hui le système d'indemnisation des travailleurs blessés, il a eu une influence sur la vie d'un grand nombre de travailleurs de l'Ontario et leurs familles au cours du siècle passé.

L'Ontario a été parmi les premiers du pays à élaborer un système d'aide aux travailleurs blessés et à leurs famille. Le 31 octobre 2013 a marqué le 100e anniversaire du rapport final et des recommandations de Sir Meredith adressés au lieutenant-gouverneur de l'époque, Sir John Morison Gibson, en vue d'établir un système indépendant et des lois pour indemniser les travailleurs blessés dans l'exercice de leur emploi.

Avec la croissance du secteur de la fabrication et la naissance de la révolution industrielle, les usines et les conditions de travail dangereuses qui y prévalaient souvent étaient devenues un problème public. Sir Meredith, un avocat, juge en chef de l'Ontario et ancien chef du Parti conservateur de l'Ontario, a été nommé pour former à lui seul une commission royale chargée d'étudier les pratiques suivies dans d'autres territoires de compétence et de proposer des recommandations pour aider les travailleurs blessés.

Après avoir étudié les lois en vigueur dans d'autres territoires de compétence, Sir Meredith a formulé cinq recommandations qu'on appelle les Principes Meredith. Les principes portaient sur l'indemnisation sans égard à la faute (pas de procès ou arguments au sujet de la responsabilité), la sécurité de prestations (un fonds commun paie les travailleurs), la responsabilité collective (tous les employeurs paient les coûts), la compétence exclusive et l'administration par des commissions indépendantes (toutes les réclamations sont portées uniquement devant la commission et cette dernière est autonome et non politique).

Le rapport et les recommandations de Sir Meredith ont été promulgués en loi le 1er janvier 1915. C'était la première loi de ce genre au Canada. Le dernier paragraphe du rapport final de Sir Meredith est encore vrai aujourd'hui : « Je ne doute pas qu'un pays dont le parlement prend des décisions rapides et élimine promptement l'injustice bénéficiera, comme il le mérite, de la paix industrielle et de l'absence de troubles sociaux. » Aujourd'hui, plus de 97 pour cent des négociations contractuelles des lieux de travail de l'Ontario se règlent sans perturbation du travail, ce qui a contribué à l'établissement des lieux de travail sécuritaires et harmonieux dont nous bénéficions maintenant.

Les Ontariens et Ontariennes doivent être reconnaissants à tous ceux et celles qui ont œuvré à protéger les cinq principes de Sir Meredith et à bâtir des lieux de travail plus sûrs au cours des décennies et des générations qui ont suivi.

Nous sommes fiers de l'indemnisation juste et équitable qui est assurée aux travailleurs blessés et malades dans tout l'Ontario, grâce à la Loi sur la sécurité professionnelle et l'assurance contre les accidents du travail et la Commission de la sécurité professionnelle et de l'assurance contre les accidents du travail.