Imprimer cette page

Allocution prononcée à l'assemblée législative
par l'honorable Linda Jeffrey ministre du Travail
concernant le Jour de deuil

  • Diffusion : 26 avril 2012
  • Dernière mise à jour : avril 2012

Monsieur le président, le 28 avril sera une journée solennelle ici en Ontario.

Le 28 avril est le jour où nous nous arrêterons pour nous souvenir des personnes qui ont perdu la vie ou qui ont été blessées au travail.

C'est un jour de deuil officiel.

Cette fin de semaine, des gens de partout en province se réuniront lors de cérémonies organisés dans les places publiques et les salles municipales.

Les drapeaux seront placés en berne pour rendre hommage à des êtres chers, des collègues et des amis.

Et nous inclinerons la tête à leur mémoire.

C'est depuis les années 1980 que le gouvernement reconnaît le Jour de deuil.

Ce jour est reconnu dans les villes canadiennes et dans 80 pays au monde.

Ce jour est bien plus qu'un jour de souvenir.

C'est un jour où nous réitérons notre engagement à faire tout ce que nous pouvons pour prévenir les décès, les blessures et les maladies professionnelles.

C'est un jour où nous nous rappellerons les personnes que nous avons perdues et rendront hommage à celles blessées, mais c'est aussi un jour où nous réaffirmerons notre détermination à lutter pour les personnes vivantes.

À travailler pour un avenir meilleur où les dangers ont été éliminés au travail.

In 2010, 57 personnes ont perdu la vie en Ontario parce qu'elles ont été blessées au travail.

Un travailleur qui quitte la maison le matin ne devrait en aucun temps avoir à craindre de ne pas pouvoir rentrer à la fin de la journée sain et sauf.

En 2010, plus de 184 000 personnes dans la province ont subi des blessures ou contracté des maladies au travail qui ont entraîné un arrêt de travail.

Un grand nombre se sont bien sûr rétablies et sont retournées travailler.

Nous en sommes reconnaissants.

Mais d'autres n'ont pas été aussi chanceuses.

Leurs blessures et maladies ont changé leur vie à jamais, et celle de leurs êtres chers.

Malheureusement, les blessures et les maladies professionnelles entraînent parfois de graves répercussions permanentes pour les familles.

Les chiffres que j'ai cités, Monsieur le président, ne sont pas seulement des statistiques, ce sont des vies. Ce sont nos époux, nos épouses, nos fils, nos filles, nos amis et nos voisins.

C'est pourquoi nous devons tous poursuivre notre lutte pour protéger les travailleuses et travailleurs ontariens et leurs familles.

Depuis 2003, nous avons considérablement réduit le taux de blessures professionnelles de la province.

L'une des raisons de cette baisse est que depuis 2003, notre gouvernement a presque doublé le nombre d'inspecteurs de santé et de sécurité au ministère du Travail de l'Ontario.

Et nous avons pris d'autres mesures importantes pour assurer un avenir plus sain et sûr aux travailleuses et travailleurs en Ontario.

Nous avons en effet créé et adopté le projet de loi 160 qui a modifié la Loi sur la santé et la sécurité au travail et nous a permis de mieux gérer et d'harmoniser le système de santé et de sécurité au travail de l'Ontario.

La nomination d'un nouveau directeur général de la prévention est une autre mesure visant à mieux coordonner et concentrer nos efforts et ceux de nos partenaires en santé et sécurité.

Cela signifie que les volets application de la loi en matière de santé et de sécurité et prévention se retrouvent sous le même toit pour la première fois.

Notre nouveau directeur général œuvrera pour s'assurer que toutes les Ontariennes et tous les Ontariens connaissent leurs droits et responsabilités en vertu de la Loi sur la santé et la sécurité au travail.

Et afin de protéger les jeunes travailleurs, les inspecteurs de santé et de sécurité du ministère du Travail mèneront des inspections dans les lieux de travail offrant des emplois d'été aux étudiants et jeunes personnes.

Demain, je serai à Guelph pour annoncer une campagne d'inspections éclair à l'échelle de la province, qui ciblera nos nouveaux et jeunes travailleurs.

Nous avons pris ces mesures et sommes déterminés à en faire plus.

Toutefois, nous ne pouvons pas y arriver seuls.

Ensemble, nous devons tous travailler pour bâtir une solide culture de sécurité, une culture de prévention dans les lieux de travail de la province.

Ensemble, nous pouvons prévenir les morts et les blessures dans les lieux de travail.

Dans quelques jours Monsieur le président, nous observerons une minute de silence pour les personnes qui ont souffert dans le cadre d'incidents au travail.

Ce samedi 28 avril, je demanderai à tous les habitants de la province, dont les employés et les employeurs, de s'arrêter et de se demander si toutes les mesures sont prises dans leur lieu de travail pour prévenir une blessure.

La santé et la sécurité au travail, c'est la responsabilité de tout le monde.

Alors renouvelons tous, chacune et chacun de nous, nos efforts pour faire en sorte que les travailleuses et travailleuses ontariens reviennent à la maison sains et saufs à la fin de leur journée de travail.

Nous le devons à la population active de la province.

Merci.