Table des matières | Imprimer Imprimer cette page

5.  Récapitulatif du POSIN 2011

  • Diffusion : juillet 2013
  • Dernière mise à jour : juillet 2013

5.1  Performance globale du programme

  • Les objectifs du Programme ontarien de surveillance des installations nucléaires consistant à établir, exploiter et maintenir un réseau de surveillance radiologique afin d'évaluer les concentrations de radionucléides dans les régions autour des installations nucléaires désignées ont été atteints.
  • Des échantillons de surveillance ont été recueillis d'une manière qui est représentative de la façon dont la population pourrait être exposée. Des échantillons d'air inhalable, d'eau potable, de lait et d'autres produits alimentaires ont été prélevés à divers endroits de l'Ontario, à proximité des installations nucléaires, et analysés pour déterminer la teneur en radionucléides spécifiques.
  • Le volume des données rassemblées en 2011 est comparable à celui des années précédentes. Au total, 1 540 échantillons ont été recueillis et les résultats de 3 164 analyses rapportés au POSIN. Les résultats étaient tous bien au-dessous de la CAD pour chaque radionucléide contrôlé.
  • Les concentrations de radionucléides contrôlées dans le cadre du POSIN étaient nettement inférieures à la CAD qui correspondrait à un engagement de dose absorbée par inhalation ou ingestion de 0,1 mSv pour la population.
  • Les résultats de l'année courante ont été comparés à ceux des années précédentes pour déterminer si des tendances notables ou des changements se dessinent. Un récapitulatif sur 9 ans, présenté à l'annexe 3, montre les concentrations annuelles médianes de tritium dans l'eau potable, dans l'air et dans les précipitations, mesurées par les SCR dans les zones de surveillance de Bruce, Darlington et Pickering.
  • Quelques variations modérées apparaissent dans les résultats d'une année à l'autre, mais on n'observe aucun changement extrême dans la concentration de tritium sur ces supports. Le diagramme A-1 montre une légère diminution de la concentration de tritium dans les régions de Darlington, tandis que peu de changements sont constatés dans les autres régions. Comme les années précédentes, les diagrammes A-2 et A-3 montrent que les concentrations de tritium dans l'air et dans les précipitations sont plus élevées dans la zone de surveillance de Pickering que dans les zones de surveillance de Bruce et de Darlington. Cette différence peut s'expliquer par le fait que la station d'échantillonnage se trouve à proximité immédiate de la centrale nucléaire de Pickering. Cette station d'échantillonnage est située en aval de la centrale nucléaire de Pickering par rapport aux vents dominants et suffisamment près pour détecter une grande partie du tritium dégagé par l'installation.
  • Le programme d'échantillonnage du lait dans les fermes de la zone de surveillance de Bruce et de la zone de surveillance de Pickering par les Dairy Farmers of Ontario a été ramené à son niveau d'origine avec l'ajout de deux nouvelles fermes.
  • En conclusion, le Programme ontarien de surveillance des installations nucléaires a rempli sa mission, et la population à proximité des installations nucléaires peut être assurée que sa santé, sa sécurité, son bien-être et ses biens ne sont pas mis en danger par les émissions de ces installations.

En conclusion, le Programme ontarien de surveillance des installations nucléaires a rempli sa mission et la population à proximité des installations nucléaires peut être assurée que sa santé, sa sécurité, son bien-être et ses biens ne sont pas mis en danger par les émissions de ces installations.

5.2  Récapitulatif du calcul des doses

Comme nous l'avons mentionné dans l'article 3.4, CAD sont fixées à des niveaux qui reçus pendant un an donneraient un engagement de dose absorbée de 0,1 mSv. D'après les résultats de la surveillance environnementale conduite par les SCR, du tritium (3H) était présent en concentrations plus élevées que les autres radionucléides mesurés. Le calcul de dose des échantillons, présenté à l'annexe 2, montre que la dose incrémentielle de tritium sur un adulte qui serait hypothétiquement exposé est inférieure à 1 % de 0,1 mSv. La valeur obtenue dans ce calcul de 0,00026 mSv est environ 400 fois inférieure à l'engagement de dose absorbée annuel.

Une autre comparaison peut être faite entre la dose annuelle reçue du rayonnement naturel et la valeur estimée de la dose par ingestion et inhalation de tritium. Dans le sud de l'Ontario, la dose annuelle de rayonnement naturel est d'environ 1,6 mSv. [R-9] À titre de comparaison, la dose supplémentaire de tritium est environ 6000 fois plus petite.

précédent | suivant

ISSN 1929-2902