Table des matières | Imprimer Imprimer cette page

V. Premiers résultats

  • Diffusion : 10 septembre 2014
  • Dernière mise à jour : septembre 2014
  • Voir aussi : Rapport final

Pendant l'examen du secteur minier, le directeur général de la prévention continue de prendre les mesures d'amélioration de la santé, de la sécurité et de la prévention dans le secteur minier. Au cours des derniers mois, le ministère du Travail a entrepris trois initiatives clés.

1. Guide sur les vêtements à haute visibilité

Le champ de vision des conducteurs d'équipement mobile lourd est restreint. Quatre rapports du coroner ont cité la faible visibilité des employés comme facteur de mortalité. Selon de nombreuses études universitaires, la disposition stratégique de matériau rétroréfléchissant sur des combinaisons de travail peut accroître considérablement la visibilité.

En réaction aux préoccupations exprimées dans le cadre des consultations publiques, aux discussions du comité consultatif sur les dangers liés à la faible luminosité et à la visibilité des employés dans les mines souterraines et aux données scientifiques probantes, le ministère a mis au point une analyse de rentabilité pour appuyer l'introduction de vêtements de plus grande visibilité pour les employés.

Afin d'aider les parties présentes sur le lieu de travail à augmenter la visibilité des employés, le ministère a élaboré des lignes directrices sur les pratiques exemplaires concernant les vêtements à haute visibilité, qui seront publiées à la fin de l'été 2014. De plus, l'examen du secteur minier étudiera les possibilités d'accroître les normes relatives aux vêtements à haute visibilité requis.

2. Agrément des membres des comités mixtes de santé et de sécurité au travail, partie II

Le 7 mai 2014, le ministère du Travail a dévoilé publiquement les normes du programme de formation à l’agrément des membres des comités mixtes de santé et de sécurité au travail (CMSST) et des fournisseurs. Des groupes de discussion sur la mise en œuvre ont été formés pour constituer des listes des dangers particuliers au secteur et des cadres administratifs pour faciliter le déploiement de ces nouvelles normes. Dans les normes de 2014, la partie II comprendra une formation sur un minimum de six dangers propres au secteur et exigera des programmes de formation approuvés provenant de fournisseurs de formation agréés.

En appui à la partie II des CMSST, les avis et recommandations du groupe de travail sur les dangers soumis dans le cadre de l'examen du secteur minier seront mis à profit pour aider à mettre l'accent de la formation sur les dangers du secteur minier. On mettra au point des stratégies d'application de la loi et des activités de prévention, telles que de la formation et des conseils, en vue de répondre aux dangers cernés. En plus, on utilisera le classement des dangers ou des risques pour choisir les dangers qui devraient être inscrits sur la liste au moment de la mise en œuvre de la formation à l’agrément des membres des comités mixtes de santé et de sécurité au travail.

3. Recherche sur le secteur minier

Afin d'appuyer l'examen du secteur minier, le directeur général de la prévention a lancé deux projets pour accroître les connaissances en santé et en sécurité dans le secteur minier.

Le premier est la création d'une base de données sur les dangers du secteur minier de l'Ontario. Le Centre de recherche sur le cancer professionnel mettra au point cette base de données qui servira à donner des renseignements sur le développement des interventions de prévention dans le secteur minier, à prédire le fardeau à venir des maladies chez les employés du secteur et à déterminer les niveaux d'exposition à des dangers particuliers que l'on peut atteindre sans danger.

Le second projet porte sur les répercussions des vibrations. L'Université Laurentienne évaluera les avantages potentiels du port du matériel de protection individuelle en matière de réduction des vibrations transmises par les pieds pour les opérateurs d'équipement d'exploitation minière souterraine.

précédent | suivant