Imprimer cette page

Stress dû à la chaleur

  • Diffusion : avril 2008
  • Révision : juin 2014
  • Dernière mise à jour : juin 2014
  • Voir aussi : Stress dû à la chaleur

Avis de non-responsabilité : Cette ressource a été créée pour aider les parties des lieux de travail à comprendre certaines des obligations que leur imposent la Loi sur la santé et la sécurité au travail, et les règlements qui y sont associés. Il ne se veut pas un avis juridique et ne vise pas à remplacer la Loi sur la santé et la sécurité au travail et les règlements qui y sont associés. Pour obtenir de plus amples renseignements, voir l'avis de non-responsabilité intégral.

Les présentes directives visent à aider les employeurs, les travailleurs et d’autres parties du lieu de travail à comprendre le stress dû à la chaleur ainsi qu’à élaborer et mettre en oeuvre des politiques de travail visant à prévenir les maladies liées au stress dû à la chaleur.

En quoi consiste le stress dû à la chaleur?

Le travail ou le jeu par temps chaud impose un effort au système de refroidissement du corps humain. Si la chaleur s'ajoute à d'autres contraintes, comme le travail physique intense, la perte liquidienne, la fatigue ou un état pathologique préexistant quelconque, il peut en résulter une maladie due à la chaleur, une incapacité et même la mort.

Nous pouvons tous être exposés au stress dû à la chaleur, même les personnes jeunes et en bonne condition physique. En Ontario, le stress dû à la chaleur est généralement une cause d'inquiétude en été, particulièrement au début de l’été quand on n'est pas encore habitué à la chaleur.

L’exposition à la chaleur peut se produire dans de nombreux lieux de travail. Les fonderies, les usines de produits chimiques, les boulangeries, et les cuisines commerciales sont d’importantes sources de chaleur dans les lieux de travail. Dans le cas de travailleurs en plein air, l’exposition directe aux rayons du soleil est généralement la principale source de chaleur. Dans les mines, particulièrement les mines profondes, le degré et l’équipement géothermiques contribuent à l’exposition à la chaleur. L’humidité dans les lieux de travail contribue aussi au stress dû à la chaleur.

Exigences légales :

Les employeurs sont obligés, en vertu de l’alinéa 25 (2) h) de la Loi sur la santé et la sécurité au travail, de prendre toutes les précautions raisonnables dans les circonstances pour assurer la protection du travailleur. Cela comprend l’élaboration de politiques et de procédures pour protéger les travailleurs oeuvrant dans les environnements qui sont chauds en raison de processus créant de la chaleur ou du climat chaud.

Aux fins de conformité, le ministère du Travail recommande les valeurs limites d’exposition (VLE) pour le stress dû à la chaleur publiées par l’American Conference of Governmental Industrial Hygienists (ACGIH). Ces valeurs sont fondées sur le fait qu’il faut empêcher la température du corps d'un travailleur non acclimaté de dépasser 38°C.

Comment supportons–nous la chaleur?

Le corps engendre toujours de la chaleur qu'il transmet à l'environnement. La chaleur que le corps doit dissiper dépend de l'intensité du travail. Si l'environnement est chaud ou humide, ou si l'on est en présence d'une source de chaleur rayonnante (par exemple, une fournaise ou le soleil), le corps doit travailler plus intensément pour éliminer sa chaleur.

Si l'air circule (par exemple, sous l'action d'un ventilateur) et s'il est plus froid que le corps, il devient alors plus facile de dissiper la chaleur du corps dans l'environnement.

Les travailleurs qui prennent des médicaments ou qui sont atteints d’un état pathologique antérieur peuvent être plus susceptibles au stress dû à la chaleur. Certain médicaments ou états pathologiques peuvent altérer la réaction du corps à la chaleur. Ces travailleurs devraient parler à leur médecin pour savoir si leurs médicaments ou leurs états pathologiques peuvent influer sur leur capacité de travailler dans un environnement chaud.

Troubles liés au stress dû à la chaleur

Le tableau ci–dessous contient un résumé des troubles liés au stress dû à la chaleur, des causes de ces troubles, des symptômes, du traitement et de la prévention.

  Causes Symptômes Traitement Prévention
Érythème calorique Environnement chaud et humide; glandes sudorifiques obstruées. Éruption irrégulière rouge avec démangeaison sévère. Se changer souvent pour vêtir des vêtements propres secs et éviter les environnements chauds. Se rincer la peau à l'eau fraîche. Se laver régulièrement pour tenir la peau propre et sèche.
Crampes de chaleur Transpiration intense à cause d’une activité physique fatigante épuisant le corps de son liquide et de son sel, lesquels ne peuvent pas être remplacés par l’absorption d'eau. Les crampes de chaleur sont causées par un déséquilibre du sel, qui empêche de remplacer le sel perdu pendant une transpiration intense. Les crampes douloureuses se manifestent le plus souvent dans les muscles qui ont travaillé (bras, jambes ou estomac); cela peut se produire soudainement au travail ou plus tard à la maison.
Les crampes de chaleur sont graves, car elles peuvent signaler d'autres maladies dangereuses provoquées par la chaleur.
Se rendre dans un lieu frais; desserrer les vêtements, faire des massages doux sur les muscles touchés, étirer les muscles et boire de l’eau salée fraîche (1 ½ mL à 2 ½ mL de sel par litre d'eau) ou un breuvage commercial de remplacement d’électrolyte. Si les crampes sont sévères ou persistantes, après avoir remplacé le sel et le liquide du corps, consulter un médecin. Il n’est pas recommandé d’ingérer des pastilles de sel. Réduire le niveau d’activité et/ou l’exposition à la chaleur. Boire régulièrement. Les travailleurs doivent se surveiller mutuellement pour aider à détecter les symptômes qui précèdent souvent les coups de chaleur.
Syncope Perte liquidienne, absorption d'eau insuffisante et le fait de demeurer debout sans bouger entraînent une diminution du débit sanguin au cerveau. Se manifeste habituellement chez les personnes qui ne sont pas acclimatées. Évanouissement subit après au moins deux heures de travail, peau froide et moite, pouls faible. CONSULTER UN MÉDECIN. Évaluer la nécessité de la réanimation cardiorespiratoire (RCR). Déplacer le patient dans un lieu frais. Ouvrir les vêtements; étendre le patient; s’il est conscient, le faire boire en petite quantité. La syncope peut être également attribuable à d’autres maladies. Limiter les niveaux d'activité ou l'exposition à la chaleur. Boire régulièrement. Se déplacer et éviter de demeurer au même endroit pendant longtemps. Les travailleurs doivent se surveiller les uns les autres pour aider à localiser les symptômes qui précèdent très souvent un coup de chaleur.
Épuisement par la chaleur Ingestion insuffisante de sel et d'eau causant un début d'effondrement du système de refroidissement du corps. Transpiration intense, peau froide et moite, température du corps supérieure à 38°C, pouls faible, pression sanguine normale ou basse, fatigue, faiblesse, maladresse, dérangement ou confusion, soif intense, essoufflement ou respiration rapide, vision floue. CONSULTER UN MÉDECIN. Ce symptôme peut conduire à une attaque cardiaque qui peut entraîner la mort rapidement. Déplacer le patient dans un lieu frais à l’ombre; ouvrir les vêtements ou les enlever; faire boire de l’eau fraîche (salée si possible); aérer le patient et l'asperger d’eau fraîche. Réduire les niveaux d'activités ou l'exposition à la chaleur. Boire régulièrement. Les travailleurs doivent se surveiller les uns les autres pour aider à localiser les symptômes qui précèdent souvent un coup de chaleur.
Coup de chaleur Il y a deux sortes de coup de chaleur :
  • le coup de chaleur classique qui peut affecter des personnes âgées souffrant de maladies chroniques et qui sont exposées à une chaleur excessive. Si le corps a épuisé la totalité de ses réserves d’eau et de sel, la transpiration cesse. La température du corps peut alors augmenter.
  • le coup de chaleur par l'effort qui se produit chez des jeunes, qui font une activité physique exténuante pour une période prolongée dans un environnement chaud. Le mécanisme de refroidissement du corps ne peut pas se débarrasser de la chaleur excessive.

Le coup de chaleur peut se produire soudainement ou découler d'un épuisement causé par la chaleur.

Température du corps élevée (plus de 40°C) et l'un des symptômes suivants : faiblesse, confusion, dérangement ou comportement étrange, peau rouge, chaude et sèche (coup de chaleur classique) ou transpiration excessive (coup de chaleur par l'effort), pouls rapide, mal de tête ou étourdissement. Dans les stades ultérieurs, évanouissement possible et convulsions. APPELER UNE AMBULANCE. Ce symptôme peut tuer rapidement : enlever les vêtements en trop; aérer et asperger le patient d'eau; lui faire boire de l'eau fraîche en petite quantité s'il est conscient. Ne pas laisser seule la personne malade. Réduire les niveaux d'activités ou l'exposition à la chaleur. Boire régulièrement. Les travailleurs doivent se surveiller les uns les autres pour aider à localiser les symptômes qui précèdent souvent un coup de chaleur.

Contrôle du stress dû à la chaleur

Acclimatation

Plus le corps est habitué à travailler dans un environnement chaud, plus il s’adapte rapidement à la chaleur. Si l'on a été malade ou absent du travail pendant une semaine environ, l'état d'acclimatation peut disparaître.

On peut s'acclimater en suivant progressivement les trois méthodes suivantes :

  1. Si l’on possède l'expérience du travail, limiter le temps passé à la chaleur durant le quart de travail à 50 pour 100 le premier jour, à 60 pour 100 le deuxième jour et à 80 pour 100 le troisième jour. On devrait travailler à la chaleur pendant un quart complet au quatrième jour.
  2. Si l’on ne connaît pas bien le travail (par exemple, un nouvel employé), il faut commencer en consacrant 20 pour 100 du temps à la chaleur durant le quart de travail le premier jour et augmenter la durée de 20 pour 100 chaque jour suivant. On devrait travailler à la chaleur pendant un quart complet au cinqième jour.
  3. Plutôt que d’augmenter progressivement les durées d'exposition au travail à la chaleur, on peut s’acclimater en augmentant progressivement les exigences physiques du travail pendant une ou deux semaines.

En cas de problème de santé ou de condition physique médiocre, l'acclimatation peut demander plus de temps. En Ontario, les vagues de chaleur durent rarement assez longtemps pour que l'on puisse s'acclimater. Toutefois, l’exposition à des sources de chaleur en milieu de travail peut permettre l'acclimatation.

En cas de risque d’exposition au stress dû à la chaleur, des mesures de contrôle doivent être prises afin d’empêcher l’exposition au travail. Il peut s’agir de moyens techniques, de moyens administratifs et de vêtements de protection. Le choix des méthodes de contrôle adéquates varie selon le lieu de travail et d’autres facteurs. Voici certains des moyens :

Moyens techniques

  • Limiter les exigences physiques du travail par des moyens mécaniques (palans, tables élévatrices, etc.).
  • Limiter la chaleur à sa source à l'aide de parois isolantes et réfléchissantes (isoler les parois des fournaises).
  • Évacuer l'air chaud et la vapeur qui proviennent d'opérations spécifiques.
  • Limiter la température et l'humidité au moyen de la climatisation.
  • Prévoir des lieux de travail frais et ombragés.
  • Prévoir des lieux de repos climatisés.
  • Améliorer la circulation de l'air si la température est inférieure à 35°C (par ex., à l’aide de ventilateurs).

Moyens administratifs et pratiques de travail

  • L’employeur doit :
    • Évaluer les exigences de tous les travaux et prévoir des stratégies de surveillance et de contrôle pour les journées chaudes et les lieux de travail chauds.
    • Augmenter la fréquence et la durée des pauses.
    • Planifier les travaux exigeant de plus grands efforts pendant les périodes plus fraîches de la journée.
    • Mettre à la disposition des travailleurs de l'eau potable fraîche et leur rappeler d'en boire une tasse toutes les 20 minutes environ ou plus fréquemment pour demeurer hydratés.
    • Avertir les travailleurs afin qu’ils évitent une exposition directe aux rayons du soleil.
    • Prévoir des travailleurs en plus ou ralentir le rythme de travail.
    • Veiller à ce que chacun soit convenablement acclimaté.
    • Former les travailleurs pour qu’ils reconnaissent les facteurs susceptibles d'augmenter le risque de maladie causée par la chaleur ainsi que les signes et les symptômes du stress dû à la chaleur et qu’ils mettent en place un système de surveillance mutuelle, car ils ne peuvent probablement pas détecter eux-mêmes leurs propres symptômes.
    • Mener des enquêtes sur les incidents reliés à la chaleur.
  • On doit prévoir des fournisseurs de premiers soins formés à cet effet et un plan d’intervention en cas d’urgence pour faire face aux maladies reliées à la chaleur.
  • Les travailleuses enceintes et les travailleurs qui ont des troubles médicaux ou ceux qui prennent des médicaments doivent discuter avec leur médecin de leur travail dans un environnement chaud.

Vêtements de protection

  • Porter des vêtements légers d'été qui permettent la circulation libre de l'air et l'évaporation de la transpiration.
  • À l'extérieur, porter des vêtements de couleurs claires, préférablement des chemises à manches longues et des pantalons, et se couvrir la tête pour se protéger contre l’exposition directe au soleil.
  • Sous une chaleur rayonnante intense, il peut être bon de porter des vêtements réfléchissants.
  • Dans les environnements très chauds, il faut envisager des vêtements isolés par air, eau ou glace.
  • Les vêtements à coupe–vapeur, comme des vêtements de protection contre les agents chimiques, augmentent considérablement le stress dû à la chaleur pour le corps; il faut prendre des précautions supplémentaires au besoin, comme surveiller le stress dû à la chaleur par un moyen physiologique) si ces vêtements sont portés.

Gérer le stress dû à la chaleur contre la chaleur industrielle

Dans le cas d’un environnement qui est chaud principalement en raison d’une chaleur industrielle (fours, boulangeries, fonderies, etc.), l’employeur devrait suivre les conseils de l’American Conference of Governmental Industrial Hygienists (ACGIH) comme il est indiqué dans sa brochure et sa documentation pour les valeurs limites d’exposition (VLE) recommandées. En outre, l’employeur devrait établir un plan de contrôle du stress dû à la chaleur en consultation avec le comité mixte de santé et de sécurité au travail ou le représentant en matière de santé et de sécurité au travail.

On peut obtenir de plus amples renseignements sur les VLE de l’ACGIH et sur l’élaboration de plans de contrôle du stress dû à la chaleur sur les sites Web suivants :

AGGIH (en anglais seulement - documents à vendre)

U.S. Occupational Health and Safety Administration (OSHA) (en anglais seulement – documents gratuits disponibles)

Gestion du stress dû à la chaleur et causé par le temps chaud

La plupart des lieux de travail n’ont pas de processus établi pour faire face aux situations créant de la chaleur. Toutefois, le travail par temps chaud peut poser un risque de santé aux travailleurs. Dans le cas d’environnements chauds dus à un temps chaud, la mise en place d’un plan à suivre par temps chaud se révèle adéquate. Un plan relatif au temps chaud est un plan simplifié de contrôle du stress dû à la chaleur. Un plan relatif au temps chaud devrait établir les critères ou « déclencheurs » de la mise en vigueur du plan. Voici certains des critères :

Exemples de déclencheurs de la variation météorologique ou environnementale :

  • l’humidex (à l’échelle locale ou dans un endroit particulier) qui atteint ou dépasse 35°C;
  • des avis d’humidex d’Environnement Canada (température de l’air dépassant 30°C et l’humidex dépassant 40°C);
  • des rapports et prévisions météorologiques d’Environnement Canada;
  • des vagues de chaleur (au moins trois jours de températures atteignant 32°C ou plus);
  • une alerte au smog par le ministère de l’Environnement de l’Ontario.

De manière générale, les plans relatifs au temps chaud doivent être mis en place entre le 1er mai et le 30 septembre de chaque année.

Les sites Web suivants donnent des renseignements sur l’humidex, les rapports météorologiques et les alertes au smog.

Environnement Canada – conditions atmosphériques et météorologiques

Bureau météorologique d'Environnement Canada

Qualité de l'air Ontario – Alertes au smog

Autres ressources

Santé Canada – Changements climatiques et santé

Renseignements sur la chaleur extrême et la santé humaine pour les fournisseurs de soins santé et de soins publics, Site Web de Santé Canada.

Les liens aux sites Web externes sont offerts uniquement aux utilisateurs afin qu’ils puissent accéder facilement à de l’information. Le fait de fournir ces liens ne constitue pas un endossement des sites en question ni de leur contenu. Le ministère du Travail n’accepte aucune responsabilité quant aux opinions, au contenu ou à l’exactitude des renseignements qui sont présentés sur ces sites externes.

Rappel : Vous devez vous conformer aux lois en matière de santé et de sécurité au travail ainsi qu’aux lois applicables sur l’environnement.

Pour de plus amples renseignements ou pour obtenir de l'aide, veuillez communiquer avec l'InfoCentre de santé et de sécurité au travail du ministère du Travail au 1 877-202-0008.

ISBN 978-1-4606-4313-6 (HTML)
ISBN 978-1-4606-4311-2 (Version imprimé)

Avis de non-responsabilité : La présente ressource Web a été créée pour aider les parties des lieux de travail à comprendre certaines des obligations que leur imposent la Loi sur la santé et la sécurité au travail, et les règlements qui y sont associés. Elle ne vise pas à remplacer la Loi sur la santé et la sécurité au travail, et les règlements qui y sont associés. Il convient de toujours se reporter au texte de loi officiel.

Il incombe aux parties des lieux de travail d'assurer le respect de la législation. La présente ressource Web ne se veut pas un avis juridique. Les personnes qui ont besoin d'aide pour interpréter la législation et son application possible dans des circonstances précises devraient consulter un avocat.

La présente ressource Web sera mise à la disposition des inspecteurs du ministère du Travail, mais ceux-ci feront observer la Loi sur la santé et la sécurité au travail, et les règlements qui y sont associés en se fondant sur les faits qu'ils pourraient relever dans les lieux de travail. La présente ressource Web ne se répercute d'aucune façon sur le pouvoir de décider qu'ont les inspecteurs lorsqu'il s'agit de faire observer les lois et règlements.