Imprimer cette page

Analyse des émissions non diluées dans les mines souterraines

  • Diffusion : le 24 septembre 2014
  • Dernière mise à jour : septembre 2014

Avis de non-responsabilité : Cette ressource a été créée pour aider les parties des lieux de travail à comprendre certaines des obligations que leur imposent la Loi sur la santé et la sécurité au travail, et les règlements qui y sont associés. Il ne se veut pas un avis juridique et ne vise pas à remplacer la Loi sur la santé et la sécurité au travail et les règlements qui y sont associés. Pour obtenir de plus amples renseignements, voir l'avis de non-responsabilité intégral.

Objet

Aider les employeurs, les travailleurs et autres parties du lieu de travail à comprendre les exigences du Règlement 854 (Mines et installations minières) pris en application de la Loi sur la santé et la sécurité au travail (LSST), en vue d'analyser les gaz d’échappement non dilués de l’équipement à moteur diesel (analyse des gaz d’échappement d'un moteur diesel).

Objectifs

  • Fournir de l'information sur l'exécution d'analyses de gaz d’échappement non dilués de l’équipement à moteur diesel dans les mines souterraines.
  • Contrôler et minimiser l'exposition des travailleurs aux émissions des moteurs diesel.
  • Effectuer des analyses de monoxyde de carbone (CO) dans des conditions uniformes.

Exigences juridiques

Les articles 181.1, 182, 183, 183.1 et 183.2 du Règlement 854 (Mines et installations minières) pris en application de la LSST stipulent les exigences importantes.

Historique

Une étude dirigée par le ministère du Travail en 2002 a déterminé qu'on n'effectuait pas d'analyses uniformes des émissions d'échappement de CO. Dans bien des cas, les résultats de ces analyses ne pouvaient servir à évaluer l'état des moteurs. Des changements aux articles 182, 183.1 et 183.2 du Règlement 854 (Mines et installations minières) sont entrés en vigueur le 1er janvier 2012. Parmi ces changements, les dispositions modifiées exigeaient d'élaborer et de mettre en œuvre des mesures et des méthodes d'analyse en consultation avec le comité mixte sur la santé et la sécurité (CMSS) ou un délégué à la santé et à la sécurité pour analyser tout l'équipement à moteur diesel dans des conditions uniformes afin d'aider l'industrie à obtenir des analyses reproductibles des gaz d’échappement pour les émissions de monoxyde de carbone.

Contexte

Les travailleurs de fond sont susceptibles d'être exposés aux particules de carburant diesel, au monoxyde de carbone, aux aldéhydes, aux oxydes d'azote et à d'autres émissions à des concentrations plus élevées que celles présentes dans d'autres milieux de travail. Les moteurs diesel peuvent constituer une importante source de contaminants en milieu souterrain. Lorsqu'ils sont bien entretenus, ces moteurs émettent moins d'émissions. On peut régler ces moteurs de manière qu'ils émettent de faibles quantités de monoxyde de carbone et de particules de carburant diesel, mais au risque d'accroître les émissions d'oxydes d'azote, surtout pour les moteurs à réglage mécanique. Les fabricants de moteurs ont conçu des moteurs modernes au rendement optimal où il n'est plus possible de changer les mélanges de carburant ni le réglage à l'allumage.

Il importe de comprendre les concentrations de CO. Les exigences relatives aux émissions de gaz d’échappement non dilués du Règlement 854 (Mines et installations minières), insistent sur les analyses pour réduire les émissions et assurer que la limite de CO indiquée dans le paragraphe 182 (5) est respectée.

Un meilleur entretien des moteurs peut réduire respectivement jusqu'à 65 pour cent des gaz (CO) et jusqu'à 55 pour cent les particules de carburant diesel.

Voici les conclusions d'études sur l'entretien des moteurs et les émissions.

  • L'analyse du CO peut déterminer si un moteur a besoin d'entretien.
  • L'analyse du CO peut indiquer la nécessité de réparer des systèmes, notamment l'entrée d'air moteur, le système d'échappement ainsi que les systèmes d'alimentation et de refroidissement.
  • Analyser les gaz d'échappement non traités avant d'utiliser des dispositifs post-traitement afin d'établir une référence pour les émissions de CO du moteur aux fins de comparaison avec les concentrations de CO émises. Des programmes d'entretien mis au point et visant à analyser la concentration de CO avant les dispositifs post-traitement et au niveau de l'échappement ont permis de déterminer la santé du moteur.
  • Comparer les concentrations de CO avec des mesures antérieures. Les données recueillies peuvent indiquer la nécessité d'un entretien du moteur.
  • Des programmes d'entretien mis au point pour évaluer les moteurs et les systèmes connexes en les comparant à des résultats antérieurs ont été utiles pour réduire les émissions.

Pratiques acceptables pour l'échantillonnage de CO

Champ d'application

L'information contenue dans la présente ligne directrice est applicable à tous les moteurs diesel, stationnaires ou mobiles, utilisés dans les mines souterraines.

Les analyses décrites dans la présente ligne directrice seront réalisées par une personne qui a déjà utilisé le matériel d'essai et qui connaît les méthodes d'essai et (ou) qui possède les connaissances nécessaires en la matière.

Préparation et matériel d'échantillonnage

Les employeurs doivent élaborer et mettre en œuvre des mesures et des méthodes sécuritaires pour analyser les gaz d’échappement non dilués de l’équipement à moteur diesel dans les mines souterraines. Ces mesures et méthodes seront créées en consultation avec le CMSS ou un délégué à la santé et à la sécurité et doivent tenir compte des recommandations du CMSS ou du délégué à la santé et à la sécurité. De plus, on analysera tout l'équipement dans des conditions uniformes et, si possible, en pleine charge (paragraphe 183.2 [1.1] du Règlement 854).

Si l'on effectue une analyse sur de l'équipement qui n'est pas en pleine charge, l'employeur doit démontrer hors de tout doute l'impossibilité pratique de le faire ainsi.

Matériel d'échantillonnage

  • Le matériel d'échantillonnage doit être en bon état et conçu pour l'analyse des émissions non diluées de moteur diesel. De plus, il doit être utilisé conformément aux recommandations du fabricant.
  • Pour des résultats uniformes, utiliser du matériel de modèle et de marque identiques pour l'échantillonnage.
  • Pendant les 30 premières secondes de charge du moteur, les concentrations de CO devraient atteindre un seuil maximal avant d'atteindre un niveau stable. Prélever les échantillons après cette étape.

Matériel d'analyse électronique

Le seuil maximal initial des concentrations de CO sera évident avec un appareil de surveillance de gaz en temps réel. Cet appareil sera étalonné selon les recommandations du fabricant et soumis à une procédure d'autovérification initiale avant l'utilisation.

Tube d'analyse par coloration

Si l'on utilise un système de tube par coloration, on commence l'échantillonnage après l'essai de charge pour éviter d'échantillonner le seuil maximal de CO initial. Analyser l'équipement selon les recommandations du fabricant. Ne pas utiliser les tubes après la date de péremption.

Arrêt de l'analyse

Si pour une raison quelconque, on craint pour la sécurité de l'opérateur ou de la personne qui procède à l'échantillonnage, mettre fin à l'analyse. Si l'opérateur remarque des températures trop élevées (moteur ou convertisseur de couple), interrompre l'analyse pour permettre aux systèmes du moteur de revenir aux températures de fonctionnement normales.

Préparation de l'analyse

  • Avant d'effectuer un essai de charge, évaluer la sécurité des lieux où l'équipement est analysé.
  • Évaluer l'équipement à analyser afin de prévenir un déplacement imprévu.
  • Effectuer l'analyse du véhicule dans un endroit correctement ventilé (paragraphe 183.1 [3] du Règlement 854).
  • Porter du matériel de protection individuelle, des vêtements et des dispositifs adéquats (p. ex., gants protecteurs contre la chaleur) (paragraphe 12 [3] du Règlement 854).
  • Les travailleurs qui effectuent l'échantillonnage doivent avoir un accès sécuritaire au point d'échantillonnage du système d'échappement.

Analyse au niveau de l’échappement

Afin d'assurer l'analyse au niveau de l’échappement dans des conditions uniformes, réaliser les analyses à la température de fonctionnement normale du moteur, à des concentrations de CO stables, alors que le moteur est en pleine charge dans la mesure du possible. Voici quelques étapes recommandées.

  • Pendant l'analyse, le moteur doit tourner à sa température de fonctionnement.
  • Vérifier les freins de l'équipement mobile et s'assurer qu'ils fonctionnent normalement.
  • Évaluer le caractère sécuritaire de l'équipement à analyser pendant l'essai de charge.
  • Consigner les résultats des analyses (paragraphe 183.2 [3] du Règlement 854).

Sélection des méthodes d'analyse en fonction de l'équipement

  • Une transmission automatique avec système hydraulique sera mise à l'essai à un régime lent de convertisseur de couple ou de système hydraulique (p. ex., chargeur-transporteur et rouleur). Voici les étapes recommandées.
    • Placer le mécanisme d'entraînement en marche avant au rapport le plus élevé.
    • Placer le système hydraulique en régime lent uniforme. (Les mesures et méthodes d'analyse doivent indiquer quelle fonction hydraulique utiliser pour effectuer l'analyse.)
    • Faire tourner le moteur à plein régime.
  • Une boîte de vitesse manuelle avec système hydraulique (p. ex., nombreuses machines articulées comme les tables d'élévation à ciseaux, les chariots élévateurs, etc.) doit être testée en :
    • faisant tourner le moteur à un ralenti élevé (régime maximal);
    • plaçant le système hydraulique en régime lent uniforme. (Les mesures et méthodes d'analyse doivent indiquer quelle fonction hydraulique utiliser pour effectuer l'analyse.)

      Remarque : S'assurer que le système hydraulique peut soutenir un régime lent en toute sécurité.
  • Une boîte de vitesses automatique, à changement de vitesses sous charge ou manuelle sans système hydraulique (p. ex., pick-up, véhicules utilitaires utilisés dans les mines, véhicules utilitaires Gator, tracteurs, etc.) doit être testée en :
    • faisant tourner le moteur au régime maximal recommandé par le fabricant;
    • ayant un moyen de vérifier le régime.
  • Les machines stationnaires (p. ex., machines à souder, compresseurs et pompes, etc.) doivent être testées en faisant tourner le moteur à pleine charge dans la mesure du possible (la pleine charge serait déterminée selon la méthode).

    Remarque : Même si on peut estimer la pleine charge, on recommande d'utiliser un tachymètre pour des résultats reproductibles.

  • Il peut être nécessaire d'établir d'autres protocoles d'analyse pour des véhicules spécialisés ou des circonstances particulières (mécanisme d'entraînement hydrostatique par exemple).

Définitions

Émissions non traitées ou non diluées

Des gaz d'échappement non traités sont des gaz émis avant l'utilisation d'appareils post-traitement. Des gaz d'échappement non dilués sont des gaz mesurés à la sortie du système d'échappement et qui sont expulsés dans l'air ambiant de la mine.

Ressources

L'Organisation de recherche de l'industrie minière canadienne (CAMIRO) supervise des travaux de recherche à commanditaires multiples, notamment ceux du Programme d'évaluation des émissions de moteurs diesel (PEEMD). Ce matériel est accessible sur le site Web de la CAMIRO (volet Maintenance Impact on Diesel Emissions) (effet de l'entretien sur les émissions des moteurs diesel).

Pour de plus amples renseignements

Numéro sans frais

Composez le 1 877 202-0008 en tout temps pour signaler des blessures graves, des décès ou des refus de travailler. Pour poser des questions d'ordre général sur la santé et la sécurité au travail, veuillez appeler entre 8 h 30 et 17 h 00, du lundi au vendredi. Composez toujours le 911 en cas d'urgence.

ISBN 978-1-4606-4619-9 (HTML)

Avis de non-responsabilité : La présente ressource Web a été créée pour aider les parties des lieux de travail à comprendre certaines des obligations que leur imposent la Loi sur la santé et la sécurité au travail, et les règlements qui y sont associés. Elle ne vise pas à remplacer la Loi sur la santé et la sécurité au travail, et les règlements qui y sont associés. Il convient de toujours se reporter au texte de loi officiel.

Il incombe aux parties des lieux de travail d'assurer le respect de la législation. La présente ressource Web ne se veut pas un avis juridique. Les personnes qui ont besoin d'aide pour interpréter la législation et son application possible dans des circonstances précises devraient consulter un avocat.

La présente ressource Web sera mise à la disposition des inspecteurs du ministère du Travail, mais ceux-ci feront observer la Loi sur la santé et la sécurité au travail, et les règlements qui y sont associés en se fondant sur les faits qu'ils pourraient relever dans les lieux de travail. La présente ressource Web ne se répercute d'aucune façon sur le pouvoir de décider qu'ont les inspecteurs lorsqu'il s'agit de faire observer les lois et règlements.