Imprimer cette page

Échantillonnage de la matière particulaire diesel dans les mines

  • Diffusion : avril 2015
  • Dernière mise à jour : avril 2015

Avis de non-responsabilité : Cette ressource a été créée pour aider les parties des lieux de travail à comprendre certaines des obligations que leur imposent la Loi sur la santé et la sécurité au travail, et les règlements qui y sont associés. Il ne se veut pas un avis juridique et ne vise pas à remplacer la Loi sur la santé et la sécurité au travail et les règlements qui y sont associés. Pour obtenir de plus amples renseignements, voir l'avis de non-responsabilité intégral.

Objet

Aider les employeurs, les travailleurs et les autres parties des lieux de travail à comprendre les exigences du Règlement 854 (mines et installations minières) aux termes de la Loi sur la santé et la sécurité au travail (LSST), aux fins de l’échantillonnage des particules de diesel sous terre.

Objectifs

  • Fournir des renseignements sur l’échantillonnage de la matière particulaire diesel (MPD) dans les mines souterraines.
  • Minimiser et contrôler l’exposition des travailleurs à la matière particulaire diesel.
  • Clarifier l’utilisation recommandée de la méthode NIOSH 5040 pour l’échantillonnage MPD.

Exigences légales

En plus des exigences générales contenues dans la LSST :

Exigences dans les lieux souterrains

Les articles 183.1 et 183.2 du Règlement 854 aux termes de la Loi sur la santé et la sécurité au travail couvrent les exigences importantes.

Autres exigences

Les articles 181.1 et 182 et 183 du Règlement 854 aux termes de la Loi sur la santé et la sécurité au travail couvrent les exigences importantes.

Contexte

La méthode de la poussière de combustible respirable (PCR) est non sélective et des interférences comme des brouillards d’huile, de la fumée de cigarette et de la poussière minérale pourraient être mesurées indistinctement comme carbone total et contribuer à ce qui semble être une exposition au diesel. De plus, les recherches ont démontré que la méthode PCR n’est pas recommandée pour effectuer des mesures de conformité dans les collectivités publiques où la limite d’exposition est inférieure à 0,6 mg/m³.

Lorsque davantage de renseignements sont devenus disponibles, il est devenu évident que la matière particulaire diesel (MPD) continue à être un risque important pour la santé. La mesure la plus précise pour refléter la quantité de MPD produite par un moteur diesel consistait à mesurer la portion de carbone élémentaire du carbone total produit.

La limite inférieure de 0,4 mg/m³ pour le carbone total établie dans l’alinéa 183.1 (5) a) ou basée sur le carbone élémentaire établie dans l’alinéa 183.1 (5) b) exigera une méthode analytique plus précise que la méthode PCR actuelle. En Amérique du Nord, la méthode acceptée est la méthode NIOSH 5040, qui mesure précisément les portions de carbone élémentaire et de carbone organique du carbone total se trouvant dans les mines.

Pratiques acceptables pour l’échantillonnage MPD dans les mines souterraines

1.0 Échantillonnage

La présente section a pour but d’offrir des renseignements concernant l’échantillonnage MPD dans les mines souterraines de l’Ontario conformément à la méthode NIOSH 5040. La méthode analytique PCR n’offre pas le degré de précision exigé pour déterminer la conformité à la limite d’exposition prescrite actuelle. Pour échantillonner le carbone total (CT), il est recommandé d’utiliser la méthode NIOSH 5040, de la manière décrite ci-dessous.

  • Une membrane filtrante de quartz précalcinée de 37 mm est utilisée.
  • Insérez-la dans une cartouche à trois pièces munie d’un tampon d’appoint (le tampon d’appoint est un autre filtre précalciné pour prévenir la contamination du CT).
  • Pour des fins de contrôle de la qualité et de simplicité, il est conseillé d’obtenir du laboratoire qui effectuera l’analyse des cartouches à échantillonnage préinstallées.
  • Un cyclone en nylon d’un diamètre de 10 mm est utilisé pour enlever les grosses particules de poussière qui pourraient interférer avec l’analyse aux fins du contrôle de la qualité.
  • La pompe à échantillonnage est étalonnée de manière à fournir un débit constant de 1,7 litre par minute à travers le filtre.
  • La pratique normale en matière d’hygiène industrielle pour la surveillance de l’exposition personnelle devrait être respectée.
  • Il est recommandé qu’un format uniforme comprenant les éléments suivants soit utilisé pour enregistrer les résultats des analyses :
    • date de l’échantillon;
    • emplacement de l’échantillon;
    • durée pendant laquelle la pompe a fonctionné;
    • nom du travailleur échantillonné;
    • tâche qui était effectuée;
    • heures auxquelles les tâches ont été effectuées;
    • matériel utilisé autour du travailleur échantillonné;
    • ventilation dans la zone d’échantillonnage;
    • résultats de l’échantillonnage;
    • commentaires pouvant être utilisés à des fins d’éclaircissement une fois que les résultats de l’échantillonnage ont été obtenus.

2.0 Analyse

2.1 Les cartouches de filtre de l’échantillonnage devraient être envoyées à un laboratoire appliquant couramment la méthode NIOSH 5040.

Source : « Elemental Carbon (Diesel Particulate) », Method 5040, numéro 3, 15 mars 2003, NIOSH Manual of Analytical Methods, 4e édition.

3.0 Évaluation et interprétation

3.1 Le laboratoire analysant les échantillons à l’aide de la méthode NIOSH 5040 rendra compte des résultats sous forme de fractions de carbone élémentaire et organique. L’addition de ces fractions donne le carbone total. Les exigences entrées en vigueur le 1er janvier 2012 permettent de se conformer par référence à une mesure du « carbone total » ou par l’utilisation d’un calcul basé sur la mesure du carbone total trouvé dans les gaz d’échappement diesel.

Exemple : Échantillon minier n°1

CARBONE TOTAL

= carbone élémentaire déclaré + carbone organique déclaré

= 0,3 mg/m³ + 0,12 mg/m³

= 0,42 mg/m³

0,42 mg/m³ est supérieur à la limite permise de 0,4 mg/m³ d’air

L’application de l’alinéa 183.1 (5) b) du Règlement 854 permet l’utilisation de la mesure du carbone élémentaire aux fins de déterminer la conformité à la limite d’exposition en utilisant la formule suivante :

PORTION DE CARBONE ÉLÉMENTAIRE

= carbone élémentaire × 1,3

= 0,3 mg/m³ × 1,3

= 0,390 mg/m³

CONFORME : 0,390 mg/m³ est inférieur à la limite permise de 0,4 mg/m³ d’air

3.2 Les renseignements obtenus du travailleur échantillonné et les observations de la personne responsable de l’échantillonnage sont combinés avec les résultats. Cela permet à toute personne à la mine d’avoir une idée claire des conditions physiques durant un quart de travail et de la manière dont elles ont eu un effet sur l’exposition du travailleur échantillonné.

3.3 Les résultats des essais doivent être inscrits dans un registre (paragraphe 183.2 (3) du Règlement 854) et les résultats doivent être transmis au comité mixte sur la santé et la sécurité au travail ou au délégué à la santé et à la sécurité (paragraphe 183.2 (2) du Règlement 854).

3.4 Il peut être avantageux de faire une comparaison avec les résultats précédents afin d’obtenir une tendance en matière d’exposition à la MPD.

Ressources

Sécurité au travail dans le Nord (STN) (en anglais seulement) a un manuel sur les pratiques en matière de ventilation qui s’avère utile pour les parties des lieux de travail cherchant à obtenir des renseignements à ce sujet. Communiquez avec STN pour obtenir un exemplaire de ce manuel, intitulé « Auxiliary Mine Ventilation Manual » (en anglais seulement).

Les mines peuvent consulter le document intitulé « Mesure de la matière particulaire diesel dans les mines » [PDF/330Ko], par CANMET – Laboratoires des mines et des sciences minérales, Rapport MMSL 01-052 (TR), octobre 2001.

Des renseignements sur l’élaboration d’une stratégie d’entretien des moteurs diesel se trouvent dans le guide « Maintenance Guideline and Best Practice for Diesel in Underground Mining » (PDF/494Ko, en anglais seulement). Ce guide porte sur l’élaboration d’un programme d’entretien pour les flottes à moteur diesel.

Un sommaire des effets sur la santé peut être trouvé dans le document suivant : "Diesel Particulate Matter Exposure of Underground Metal and Non-metal Miners; Final Rule", Department of Labor, Mining Safety and Health Administration, 30CFR Part 57, U.S. Federal Register, 6 juin 2005 (en anglais seulement). Cette source cite :

  • 6 études réalisées entre 2000 et 2002 montrant un lien entre la MPD et des effets respiratoires et immunologiques chez les humains;
  • 5 études réalisées entre 1999 et 2002 montrant un lien entre la MPD et l’asthme;
  • 5 études réalisées entre 2000 et 2002 montrant un lien entre la MPD et des effets cardiovasculaires et cardiopulmonaires;
  • 3 études réalisées entre 2000 et 2002 montrant un lien entre la MPD et le cancer du poumon. Une augmentation statistiquement importante du risque de cancer du poumon a été constatée chez les hommes exposés à des gaz d’échappement diesel;
  • 15 études réalisées entre 2000 et 2002 semblent indiquer que la MPD peut également entraîner d’autres effets toxicologiques (effets immunologiques, effets allergiques, inflammation, mutagénicité, induction de radicaux libres d’oxygène, trouble ventilatoire obstructif, détérioration de la clairance pulmonaire, mécanismes de défense réduits et effets cardiovasculaires).

Obtenir davantage de renseignements

Numéro sans frais

Composez le 1 877 202-0008 en tout temps pour signaler les blessures graves, les décès et les refus de faire des travaux. Vous pouvez aussi appeler entre 8 h 30 et 17 h, du lundi au vendredi, pour poser des questions d’ordre général sur la santé et la sécurité au travail. En cas d’urgence, le numéro à composer est le 911.

ISBN 978-1-4606-5513-9 (HTML)
ISBN 978-1-4606-5514-6 (Version PDF)

Avis de non-responsabilité : La présente ressource Web a été créée pour aider les parties des lieux de travail à comprendre certaines des obligations que leur imposent la Loi sur la santé et la sécurité au travail, et les règlements qui y sont associés. Elle ne vise pas à remplacer la Loi sur la santé et la sécurité au travail, et les règlements qui y sont associés. Il convient de toujours se reporter au texte de loi officiel.

Il incombe aux parties des lieux de travail d'assurer le respect de la législation. La présente ressource Web ne se veut pas un avis juridique. Les personnes qui ont besoin d'aide pour interpréter la législation et son application possible dans des circonstances précises devraient consulter un avocat.

La présente ressource Web sera mise à la disposition des inspecteurs du ministère du Travail, mais ceux-ci feront observer la Loi sur la santé et la sécurité au travail, et les règlements qui y sont associés en se fondant sur les faits qu'ils pourraient relever dans les lieux de travail. La présente ressource Web ne se répercute d'aucune façon sur le pouvoir de décider qu'ont les inspecteurs lorsqu'il s'agit de faire observer les lois et règlements.