Table des matières | Imprimer Imprimer cette page

Annexe C : Conditions météorologiques difficiles | Lignes directrices sur la sécurité dans l'industrie du cinéma et de la télévision de l'Ontario

  • ISSN : 978-1-4249-9955-2
  • Diffusion : janvier 1997
  • Révision : juin 2009
  • Dernière mise à jour : août 2010

Conditions météorologiques difficiles

Ces renseignements s'appliquent à toute période de quatre heures. Les pauses pour se réchauffer doivent durer dix minutes dans un environnement chaud. Les présentes lignes directrices concernent les travailleurs qui portent des vêtements étanches.


Température ambiante Ciel ensoleillé Absence de vent notable Vent à 8 km/h (5 mi/h) Vent à 16 km/h (10 mi/h) Vent à 24 km/h (15 mi/h) Vent à 32 km/h (20 mi/h)
°C
Inférieure à zéro*
°F
Inférieur à zéro*
Durée max.
période de travail
Nombre de pauses Durée max.
période de travail
Nombre de pauses Durée max.
période de travail
Nombre de pauses Durée max.
ériode de travail
Nombre de pauses Durée max.
période de travail
Nombre de pauses
26 à 28 15 à 19 Pauses normales 1 75 minutes 2 55 minutes 3 40 minutes 4 40 minutes 4
29 à 31 20 à 24 Pauses normales 1 75 minutes 2 55 minutes 3 40 minutes 4 30 minutes 5
32 à 34 25 à 29 75 minutes 2 55 minutes 3 40 minutes 4 30 minutes 5 Interrompre tout travail, sauf urgence
35 à 37 30 à 34 55 minutes 3 40 minutes 4 30 minutes 5 Interrompre tout travail, sauf urgence  
38 to 39 35 to 39 40 minutes 4 30 minutes 5 Interrompre tout travail, sauf urgence
40 to 42 40 to 44 30 minutes 5 Interrompre tout travail, sauf urgence
43 ou au-dessous 45 ou au-dessous Interrompre tout travail, sauf urgence

∗Toutes les températures sont approximatives.

Si votre travail comporte une activité physique modérée, suivez le régime de travail indiquant une période de travail plus courte. Par exemple, à −35 °C (−35 °F), sans vent perceptible, un travailleur dont les tâches ne nécessitent que peu d'efforts physiques doit travailler au maximum 40 minutes avant de se reposer et dispose de quatre pauses par période de quatre heures.

Si vous n'avez pas accès à des bulletins météorologiques fiables, suivez les indications ci-après pour estimer la vitesse du vent :

  • un vent de 8 km/h (5 mi/h) fait bouger légèrement un drapeau;
  • un vent de 16 km/h (10 mi/h) l'étend complètement;
  • un vent de 24 km/h (15 mi/h) soulève une page de journal;
  • un vent de 32 km/h (20 mi/h) engendre de la poudrerie.

Si l'on ne connaît que l'indice de refroidissement éolien (en watts par mètre carré) ou la température équivalente, il est possible d'y avoir recours plutôt que d'utiliser la température et la vitesse du vent, à l'aide du bref guide suivant :

  • il faut commencer à prendre des pauses spéciales pour se réchauffer lorsque l'indice de refroidissement éolien est d'environ 1 750 (température équivalente de −32 °C);
  • tout travail non urgent doit être interrompu lorsque l'indice de refroidissement éolien atteint une valeur avoisinant 2 250 (température équivalente de −51 °C), ou avant.
  • Si les vitesses du vent sont supérieures à celles indiquées dans le tableau, on doit utiliser un indice de refroidissement de 2 250 (soit une température équivalente de −51 °C) pour déterminer le moment où les travaux non urgents doivent être interrompus.

    Référence :

    Le régime travail-réchauffement relatif aux activités extérieures (Work Warm-up Schedule for Outdoor Activities), Direction de la santé et la sécurité au travail du ministère du travail de la Saskatchewan (en anglais seulement).

    Tableau de calcul du refroidissement éolien

    Refroidissement éolien pour des températures de +5 à −20 °C

    Tair (°C)
    V10 (km⁄h)

    5 0 −5 −10 −15 −20
    5 4 −2 −7 −13 −19 −24
    10 3 −3 −9 −15 −21 −27
    15 2 −4 −11 −17 −23 −29
    20 1 −5 −12 −18 −24 −30
    25 1 −6 −12 −19 −25 −32
    30 0 −6 −13 −20 −26 −33
    35 0 −7 −14 −20 −27 −33
    40 −1 −7 −14 −21 −27 −34
    45 −1 −8 −15 −21 −28 −35
    50 −1 −8 −15 −22 −29 −35
    55 −2 −8 −15 −22 −29 −36
    60 −2 −9 −16 −23 −30 −36
    65 −2 −9 −16 −23 −30 −37
    70 −2 −9 −16 −23 −30 −37
    75 −3 −10 −17 −24 −31 −38
    80 −3 −910 −17 −24 −31 −38


    Refroidissement éolien pour des températures de −25 à −50 °C

    Tair (°C)

    V10 (km ⁄h)

    −25 −30 −35 −40 −45 −50
    5 −30 −36 −41 −47 −53 −58
    10 −33 −39 −45 −51 −57 −58
    15 −35 −41 −48 −54 −60 −66
    20 −37 −43 −49 −56 −62 −68
    25 −38 −44 −51 −57 −64 −70
    30 −39 −46 −52 −59 −65 −72
    35 −40 −47 −53 −60 −66 −73
    40 −41 −48 −54 −61 −68 −74
    45 −42 −48 −55 −62 −69 −75
    50 −42 −49 −56 −63 −69 −76
    55 −43 −50 −57 −63 −70 −77
    60 −43 −50 −57 −64 −71 −78
    65 −44 −51 −58 −65 −72 −79
    70 −44 −51 −58 −65 −72 −80
    75 −45 −52 −59 −66 −73 −80
    80 −45 −52 −60 −67 −74 −81


    Tair = Température réelle de l'air en °C
    V10 = Vitesse du vent à 10 mètres, en km/h (telle qu'indiquée dans les observations météorologiques)

    Remarques :

    1. Pour une combinaison donnée de température et de vitesse du vent, l'indice de refroidissement éolien correspond approximativement à la température que l'on ressentirait sous un vent très léger. Par exemple, une température de −25 °C et un vent de 20 km/h donnent un indice de refroidissement éolien de −37. Cela signifie que sous un vent de 20 km/h et une température de −25 °C, une personne se sentirait comme s'il faisait −37 °C sous un vent très léger.
    2. Le refroidissement éolien n'a pas d'effet sur les objets et ne fait pas baisser la température réelle. Il décrit seulement ce que ressentirait un être humain exposé au vent à la température ambiante.
    3. L'indice de refroidissement éolien ne tient pas compte de l'effet du soleil. Un soleil brillant peut réduire l'effet du refroidissement éolien (faire que l'on ressent moins le froid) de 6 à 10 unités.
    Retour à la première table
    Retour à la deuxième table


    Guide concernant les engelures
    Faible risque d'engelure pour la plupart des gens
    Risque croissant d'engelure pour la plupart des gens en 30 minutes d'exposition
    Risque élevé pour la plupart des gens en 5 à 10 minutes d'exposition
    Risque élevé pour la plupart des gens en 2 à 5 minutes
    Risque élevé pour la plupart des gens en deux minutes d'exposition ou moins

    Référence :

    Tableau de calcul du refroidissement éolien
    Programme sur le refroidissement éolien, Environnement Canada

    Dangers du refroidissement éolien

    Avant de sortir en hiver, vérifiez le refroidissement éolien. Assurez-vous d'être prêt à affronter le temps qu'il fait. Même un refroidissement éolien modéré peut être dangereux en cas d'exposition prolongée.

    Remarque : Les lignes directrices sur les engelures énoncées dans le tableau ci-dessous s'appliquent à des adultes en santé.

    Dangers du refroidissement éolien et risque d'engelure
    Refroidissement éolien Risque d'engelure Danger pour la santé
    Ce qu'il faut faire
    0 to −9 Faible – Le refroidissement éolien augmente un peu l'inconfort. – S'habiller chaudement, en fonction de la température extérieure.
    −10 to −27 Faible – Inconfortable.
    – Risque d'hypothermie si à l'extérieur pendant de longues périodes sans protection adéquate.
    – Porter plusieurs couches de vêtements chauds, sous un coupe-vent.
    – Porter un chapeau, des mitaines et un foulard.
    – Demeurer actif.
    −28 to −39 Risque croissant : la peau exposée peut geler en 10 à 30 minutes. – Surveiller tout engourdissement ou blanchissement de la figure, des doigts, des orteils, des oreilles ou du nez.
    – Risque d'hypothermie si à l'extérieur pendant de longues périodes sans protection adéquate.
    – Porter plusieurs couches de vêtements chauds, sous un coupe-vent.
    – Couvrir toute la peau exposée : porter un chapeau, des mitaines et un foulard, un passe-montagne ou un masque.
    – Demeurer actif.
    −40 to −47 Risque élevé : la peau exposée peut geler en 5 à 10 minutes*. – Surveiller tout engourdissement ou blanchissement (engelure grave) de la figure et des extrémités (doigts, orteils, oreilles, nez).
    – Risque d'hypothermie si à l'extérieur pendant de longues périodes sans protection adéquate.
    – Porter plusieurs couches de vêtements chauds, sous un coupe-vent.
    – Couvrir toute la peau exposée : porter un chapeau, des mitaines et un foulard, un passe-montagne ou un masque.
    – Demeurer actif.
    Niveau D'avertissement**
    −48 to −54
    Risque élevé : la peau exposée peut geler en 2 à 5 minutes*. – Surveiller fréquemment les extrémités pour tout engourdissement ou blanchissement (engelure grave).
    – Sérieux risque d'hypothermie si à l'extérieur pendant de longues périodes.
    – Faire preuve d'une grande prudence et s'habiller très chaudement avec plusieurs couches de vêtements chauds, sous un coupe-vent.
    – Couvrir toute la peau exposée : porter un chapeau, des mitaines et un foulard, un passe-montagne ou un masque.
    – Se préparer à annuler ou à raccourcir les activités extérieures.
    – Demeurer actif.
    −55 et moins Risque élevé : la peau exposée peut geler en moins de 2 minutes. Danger!
    – Les conditions extérieures sont dangereuses.
    – Demeurer à l'intérieur.

    * En présence de vents soutenus de plus de 50 km/h, l'engelure peut survenir plus rapidement.

    ** Dans certaines parties du pays au climat plus doux (comme dans le sud de l'Ontario et les provinces de l'Atlantique, à l'exception du Labrador), l'avertissement de refroidissement éolien est émis à environ −35 °C Plus au nord, les gens sont davantage accoutumés au froid et se sont adaptés aux conditions plus rigoureuses qui y sévissent. Environnement Canada émet donc des avertissements de refroidissement éolien à des valeurs de plus en plus élevées en allant vers le nord. La majeure partie du Canada est avisée à environ −45 °C. Les résidants de l'Arctique, du nord du Manitoba et du nord du Québec sont avisés à environ −50 °C, et ceux de l'Extrême-Arctique, à environ −55 °C.

    Remarque du MTO :

    Il convient de souligner que l'humidité augmente la déperdition de chaleur, qu'il faut éviter de transpirer en portant plusieurs couches de vêtements et que l'on doit remplacer les vêtements humides par d'autres, qui sont secs.


    Stress dû à la chaleur

    Directive concernant la santé et la sécurité
    Élaborée par des services professionnels spécialisés
    Dernière révision : juin 2007
    Révision : mai 2009
    ISBN : 978-1-4249-9945-3

    Exigences légales

    Les employeurs sont tenus, en vertu de l'alinéa 25 (2) h) de la Loi sur la santé et la sécurité au travail, de prendre toutes les précautions raisonnables dans les circonstances pour assurer la protection du travailleur. Cela comprend l’élaboration de politiques et de procédures relatives à un environnement chaud pour protéger les travailleurs contre les processus créant de la chaleur ou les climats chauds.

    Aux fins de conformité, le ministère du Travail recommande les valeurs limites d’exposition (VLE) pour le stress dû à la chaleur publiées par l’American Conference of Governmental Industrial Hygienists (ACGIH). Ces valeurs sont fondées sur le fait qu’il faut empêcher la température du corps d'un travailleur non acclimaté de dépasser 38 °C.

    Les présentes directives visent à aider les employeurs, les travailleurs et d’autres parties du lieu de travail à comprendre le stress dû à la chaleur ainsi qu’à élaborer et mettre en œuvre des politiques visant à prévenir les maladies liées au stress dû à la chaleur.

    En quoi consiste le stress dû à la chaleur?

    Le travail ou le jeu par temps chaud impose un effort au système de refroidissement du corps humain. Si la chaleur s'ajoute à d'autres contraintes, comme le travail physique intense, la perte liquidienne, la fatigue ou un état pathologique quelconque, il peut en résulter une maladie due à la chaleur, une incapacité et même la mort.

    Nous pouvons tous souffrir de stress dû à la chaleur, même les personnes jeunes et en bonne condition physique. En Ontario, le stress dû à la chaleur est généralement une cause d'inquiétude en été, particulièrement au début de la saison, quand on n'est pas encore habitué à la chaleur.

    L’exposition à la chaleur peut se produire dans de nombreux lieux de travail. Les fours, les boulangeries, les fonderies et la machinerie lourde sont d’importantes sources de chaleur dans les lieux de travail. Dans le cas de travailleurs en plein air, l’exposition directe aux rayons du soleil est généralement la principale source de chaleur. Dans les mines, le gradient géothermique et l’équipement contribuent à l’exposition à la chaleur. L’humidité dans les lieux de travail contribue aussi au stress dû à la chaleur.

    Comment supportons-nous la chaleur?

    Le corps engendre toujours de la chaleur qu'il transmet à l'environnement. La chaleur que le corps doit dissiper dépend de l'intensité du travail. Si l'environnement est chaud ou humide, ou si l'on est en présence d'une source de chaleur rayonnante (par exemple, une fournaise ou le soleil), le corps doit travailler plus intensément pour éliminer sa chaleur.

    Si l'air circule (par exemple, sous l'action d'un ventilateur) et s'il est plus froid que le corps, il devient alors plus facile de dissiper la chaleur du corps dans l'environnement.

    Les travailleurs qui prennent des médicaments ou qui souffrent d’un état pathologique antérieur peuvent être plus susceptibles au stress dû à la chaleur. Ces travailleurs devraient parler à leur médecin traitant de leur travail dans un environnement chaud.

    Troubles liés au stress dû à la chaleur

    Le tableau ci-dessous contient un résumé des troubles liés au stress dû à la chaleur, des causes de ces troubles, des symptômes, du traitement et de la prévention.

      Cause Symptômes Traitement Prévention
    Érythème calorique Environnement chaud et humide; glandes sudorifiques obstruées. Éruption irrégulière rouge avec démangeaison sévère. Se changer souvent pour mettre des vêtements propres secs et éviter les environnements chauds. Se rincer la peau à l'eau fraîche. Se laver régulièrement pour tenir la peau propre et sèche.
    Crampes de chaleur Transpiration intense à cause d’une activité physique fatigante épuisant le corps de son liquide et de son sel, lesquels ne peuvent pas être remplacés par l'absorption d'eau. Les crampes sont causées par un déséquilibre du sel, qui empêche le remplacement du sel perdu pendant une transpiration intense. Crampes douloureuses, le plus souvent dans les muscles qui ont travaillé (bras, jambes ou estomac), se produisant brusquement au travail ou plus tard à la maison.

    Les crampes de chaleur sont graves, car elles peuvent signaler d'autres maladies dangereuses provoquées par la chaleur.
    Se rendre dans un lieu frais; desserrer les vêtements, faire des massages doux sur les muscles touchés, étirer les muscles et boire de l'eau salée fraîche (¼ à ½ cuillerée à thé de sel par litre d'eau) ou un breuvage commercial de remplacement d’électrolyte. Si les crampes sont sévères ou persistantes, après avoir remplacé le sel et le liquide du corps, consulter un médecin. Il n’est pas recommandé d’ingérer des pastilles de sel. Réduire le niveau d’activité et (ou) l’exposition à la chaleur. Boire régulièrement. Les travailleurs doivent se surveiller mutuellement pour aider à détecter les symptômes qui précèdent souvent les coups de chaleur.
    Syncope Perte liquidienne et absorption d'eau insuffisante. Évanouissement subit après au moins deux heures de travail, peau froide et moite, pouls faible. Consulter un Médecin. Évaluer la nécessité de la réanimation cardiorespiratoire. Déplacer la personne dans un lieu frais. Ouvrir les vêtements; étendre la personne; si elle est consciente, lui faire boire de l'eau fraîche en petite quantité. La syncope peut être également attribuable à d’autres maladies. Limiter les niveaux d'activité ou l'exposition à la chaleur. Boire régulièrement. Les travailleurs doivent se surveiller les uns les autres pour aider à localiser les symptômes qui précèdent très souvent un coup de chaleur.
    Épuisement par la chaleur Perte de liquide et ingestion insuffisante de sel et d'eau causant un début d'effondrement du système de refroidissement du corps Transpiration intense, peau froide et moite, température du corps supérieure à 38 °C, pouls faible, pression sanguine normale ou basse, fatigue, nausée et vomissements, soif intense, essoufflement ou respiration rapide, vision floue. Consulter un Médecin. Ces symptômes peuvent conduire à un coup de chaleur qui peut être mortel. Déplacer la personne dans un lieu frais à l'ombre; ouvrir ses vêtements ou les enlever; lui faire boire de l'eau fraîche; aérer le patient et l'asperger d'eau fraîche. Réduire les niveaux d'activité ou l'exposition à la chaleur. Boire régulièrement. Les travailleurs doivent se surveiller les uns les autres pour aider à localiser les symptômes qui précèdent très souvent un coup de chaleur.
    Coup de chaleur Si le corps a épuisé la totalité de ses réserves d’eau et de sel, la transpiration cesse. La température du corps peut alors augmenter. Un coup de chaleur peut se produire soudainement ou peut découler d’un épuisement par la chaleur. Température du corps élevée (plus de 41 °C) et l'un ou l'autre des symptômes suivants : faiblesse, confusion, dérangement ou comportement étrange, peau rouge, chaude et sèche, pouls rapide, maux de tête ou étourdissements. Dans les stades ultérieurs, évanouissement possible et convulsions. Appeler une Ambulance. Ce symptôme peut rapidement conduire à la mort : enlever les vêtements en trop; aérer et asperger le patient d'eau; lui faire boire de l'eau fraîche en petite quantité s'il est conscient. Réduire les niveaux d'activité ou l'exposition à la chaleur. Boire régulièrement. Les travailleurs doivent se surveiller les uns les autres pour aider à localiser les symptômes qui précèdent très souvent un coup de chaleur.


    Contrôle du stress dû à la chaleur

    Acclimatation

    Plus le corps est habitué à travailler dans un environnement chaud, plus il s’adapte rapidement à la chaleur. C’est ce qu’on appelle l’« acclimatation ». Si l'on a été malade ou absent du travail pendant une semaine environ, l'état d'acclimatation peut disparaître.

    On peut s'acclimater de deux manières :

    1. Si l'on possède l'expérience du travail, limiter le temps passé à la chaleur à 50 pour 100 de la durée du quart de travail le premier jour, à 60 pour 100 le deuxième jour et à 80 pour 100 le troisième. On peut travailler à la chaleur pendant tout le quart au quatrième jour.

      Si l'on ne connaît pas bien le travail (par exemple, un nouvel employé), il faut commencer en consacrant 20 pour 100 du temps à la chaleur le premier jour et augmenter la durée de 20 pour 100 chaque jour suivant.

    2. Plutôt que de limiter les durées d'exposition au travail à la chaleur, on peut s'acclimater en limitant les exigences physiques du travail pendant une ou deux semaines.

    En cas de problème de santé ou de condition physique médiocre, l'acclimatation peut demander plus de temps. En Ontario, les vagues de chaleur durent rarement assez longtemps pour que l'on puisse s'acclimater. Toutefois, l’exposition à des sources de chaleur en milieu de travail peut permettre l'acclimatation.

    En cas de risque d’exposition au stress dû à la chaleur, des mesures de contrôle doivent être prises afin d’empêcher l’exposition à la chaleur au travail. Il peut s’agir de moyens techniques, de moyens administratifs et de vêtements de protection. Le choix des méthodes de contrôle adéquates varie selon le lieu de travail et d’autres facteurs. Voici certains des moyens :

    Moyens techniques

    • Limiter les exigences physiques du travail par des moyens mécaniques (palans, tables élévatrices, etc.).
    • Limiter la chaleur à sa source à l'aide de parois isolantes et réfléchissantes (isoler les parois des fournaises).
    • Évacuer l'air chaud et la vapeur qui proviennent d'opérations spécifiques.
    • Limiter la température et l'humidité au moyen de la climatisation.
    • Prévoir des lieux de travail frais et ombragés.
    • Prévoir des lieux de repos climatisés.
    • Améliorer la circulation de l'air si la température est inférieure à 35 °C (p. ex., à l’aide de ventilateurs).

    Moyens administratifs

    • L’employeur doit évaluer les exigences de tous les travaux et prévoir des stratégies de surveillance et de contrôle pour les journées chaudes et les lieux de travail chauds.
    • Augmenter la fréquence et la durée des pauses.
    • Planifier les travaux exigeant de plus grands efforts pendant les périodes plus fraîches de la journée.
    • Mettre à la disposition des travailleurs de l'eau potable fraîche et leur rappeler d'en boire une tasse toutes les 20 minutes environ.
    • Avertir les travailleurs afin qu’ils évitent une exposition directe aux rayons du soleil.
    • Prévoir des travailleurs en plus ou ralentir le rythme de travail.
    • Veiller à ce que chacun soit convenablement acclimaté.
    • Former les travailleurs pour qu'ils reconnaissent les signes et les symptômes du stress dû ° la chaleur et qu'ils mettent en place un système collectif, car ils ne peuvent probablement pas détecter eux-mêmes leurs propres symptômes.
    • Les travailleuses enceintes et les travailleurs qui ont des troubles médicaux doivent discuter avec leur médecin de leur travail dans un environnement chaud.
    • L’employeur doit prévoir des préposés aux premiers soins et un plan d’intervention en cas d’urgence pour faire face aux maladies reliées à la chaleur.
    • Mener des enquêtes sur les incidents reliés à la chaleur.

    Vêtements de protection

    • Porter des vêtements légers d'été qui permettent la circulation libre de l'air et l'évaporation de la transpiration.
    • À l'extérieur, porter des vêtements de couleurs claires.
    • Sous une chaleur rayonnante intense, il peut être bon de porter des vêtements réfléchissants.
    • Dans les environnements très chauds, il faut envisager des vêtements isolés par air, eau ou glace.
    • Les vêtements à coupe-vapeur, comme des vêtements de protection contre les agents chimiques, augmentent considérablement le stress dû à la chaleur pour le corps; il faut prendre des précautions supplémentaires, comme surveiller le stress dû à la chaleur par un moyen physiologique.

    Gérer le stress dû à la chaleur contre la chaleur industrielle

    Dans le cas d’un environnement qui est chaud principalement en raison d’une chaleur industrielle (fours, boulangeries, fonderies, etc.), l’employeur devrait suivre les conseils de l’American Conference of Governmental Industrial Hygienists (ACGIH) comme il est indiqué dans sa brochure et sa documentation pour les valeurs limites d’exposition (VLE) recommandées. En outre, l’employeur devrait établir un plan de contrôle du stress dû à la chaleur en consultation avec le comité mixte sur la santé et la sécurité au travail ou le représentant en matière de santé et de sécurité au travail.

    On peut obtenir de plus amples renseignements sur les VLE de l’ACGIH et sur l’élaboration de plans de contrôle du stress dû à la chaleur sur les sites Web suivants :

    American Conference of Governmental Industrial Hygienists (anglais seulement)(ACGIH)
    U.S. Occupational Safety and Health Administration (anglais seulement)(OSHA)

    Gérer le stress dû à la chaleur et causé par le temps chaud

    La plupart des lieux de travail n’ont pas de processus établi pour faire face aux situations créant de la chaleur. Toutefois, le travail par temps chaud peut poser un risque pour la santé des travailleurs. Dans le cas d’environnements chauds dus à un temps chaud, la mise en place d’un plan à suivre par temps chaud se révèle adéquate. Un plan relatif au temps chaud est un plan simplifié de contrôle du stress dû à la chaleur. Un plan relatif au temps chaud devrait établir les critères ou « déclencheurs » de la mise en vigueur du plan. Voici certains des critères :

    • l’humidex qui atteint ou dépasse 35 °C ;
    • des avis d’humidex d’Environnement Canada (température de l’air dépassant 30 °C et l’humidex dépassant 40 °C);
    • des rapports et prévisions météorologiques d’Environnement Canada;
    • des vagues de chaleur (au moins trois jours de températures atteignant 32 °C ou plus);
    • une alerte au smog émise par le ministère de l’Environnement de l’Ontario.

    De manière générale, les plans relatifs au temps chaud doivent être mis en place entre le 1er mai et le 30 septembre de chaque année.

    Les sites Web suivants donnent des renseignements sur l’humidex, les rapports météorologiques et les alertes au smog:

    Autres ressources

    On peut trouver des renseignements supplémentaires pour surveiller et gérer l’exposition à la chaleur en milieu de travail aux adresses suivantes :

    Outil de sensibilisation au stress dû à la chaleur

    Ce outil inclut un manuel, une affiche et un moyen de déterminer les lignes directrices sur l’humidex. Il a été mis au point par les membres du Conseil de la santé et de la sécurité au travail de l'Ontario (CSSTO).

    Prevention Dynamics Ontario’s Virtual Health and Safety Portal (en anglais seulement)

    Ce site Web contient des liens vers des renseignements sur la santé et la sécurité, du matériel de formation et des services de consultation offerts par les associations et les partenaires du secteur de la santé et de la sécurité au travail de l'Ontario.

    Remarque : Les liens aux sites Web externes sont offerts aux utilisateurs afin qu’ils puissent accéder facilement à de l’information. Le fait de fournir ces liens ne constitue pas un endossement des sites en question ni de leur contenu. Le ministère du Travail n’accepte aucune responsabilité quant aux opinions, au contenu ou à l’exactitude des renseignements qui sont présentés sur ces sites externes.

    Rappel : Vous devez vous conformer aux lois en matière de santé et de sécurité au travail ainsi qu’aux lois applicables sur l’environnement.

    Pour de plus amples renseignements ou pour obtenir de l'aide, veuillez communiquer avec votre bureau local du ministère du Travail

    précédent | suivant