Table des matières | Imprimer cette page

1. Aménagement du poste de travail

  • Dernière mise à jour : novembre 2010

La présente section décrit les postures les moins fatigantes. Toutefois, il convient de noter que toute posture entraîne une fatigue après un certain temps et qu'il est important de varier les postures. Ainsi, la posture décrite à la figure 1 constitue une ligne directrice quant aux postures généralement acceptables et n'est pas la seule recommandée.

Comme le précise la norme Association canadienne de normalisation CSA, il est important de bouger afin de réduire la fatigue physique et l'inconfort. On parle entre autres d'un léger ajustement de la position de la tête, des épaules, des bras, du dos, des hanches et des jambes. Par exemple, l'angle des hanches varie lorsqu'une personne se penche vers l'arrière sur sa chaise. L'angle des jambes et des hanches varie lorsqu'une personne s'étire les jambes sous le bureau. L'angle des épaules et des bras varie lorsqu'une personne déplace sa chaise légèrement vers l'avant ou vers l'arrière.

Position de clavier

Lorsque l'utilisateur se sert du clavier, il doit s'asseoir de manière à ce que ses bras reposent naturellement à ses côtés. Les coudes doivent former un angle d'environ 90 ° lorsque les doigts sont en position de frappe sur la rangée d'appui du clavier. Cette posture permet aux bras et aux poignets d'être maintenus dans une position naturelle et détendue réduisant le stress physique subi par les muscles et les articulations.

Si la surface de travail est trop haute, l'utilisateur devra lever ses bras et ses épaules, ce qui entraîne un effort musculaire soutenu nommé « effort statique » ou « charge statique ». Cet effort statique imposé aux bras et aux épaules peut entraîner de la fatigue et gêner la circulation sanguine, Ce qui accroît l'inconfort et même les risques de blessures. En outre, le poignet sera fléchi (plié vers l'avant) pour atteindre les touches, Ce qui provoquera des tensions dans les muscles des avant-bras et les tissus des poignets.

Si la surface de travail est trop basse, l'utilisateur devra se pencher vers l'avant, ce qui causera des tensions dans les bras et le dos. En outre, les poignets seront fléchis vers l'arrière, ce qui occasionnera également un stress sur les muscles et les tissus.

Écrire sur une surface de travail trop haute ou trop basse peut entraîner des problèmes semblables.

Figure 1 : Réglage du poste de travail informatique

1. Le moniteur doit se trouver à une hauteur qui vous permet de garder votre cou droit.8. Utilisez un lutrin pour maintenir vos documents aux mêmes angle, hauteur et distance que le moniteur.
2. Vos coudes doivent former un angle de 90° et vos bras doivent reposer naturellement à vos côtés.3. Gardez les mains en ligne droite avec les avant-bras.  Ainsi, vos poignets resteront droits, ne seront pas fléchis dans aucune direction.
7. Vous devez avoir assez d'espace pour manipuler la souris.  Utilisez un appui afin de garder vos poignets droits et de ne pas surmener les muscles de vos bras.
6. Votre chaise doit être complètement réglable (c'est-à-dire inclinaison, hauteur du siège et du dossier).  Elle doit posséder un bon support lombaire (bas du dos) pour soutenir la courbe du dos.4. Les cuisses doivent être parallèles au sol et les pieds doivent reposer bien à plat au sol ou sur le repose-pieds.
5. Au besoin, utilisez un appui-pieds.

Remarque : L'illustration ci-dessus n'est qu'un exemple. L'aménagement du poste de travail variera en fonction du modèle de bureau, du moniteur, du support à moniteur et des autres accessoires utilisés.

  1. Le moniteur doit être placé à une hauteur permettant de garder le cou bien droit.
  2. Les coudes doivent former un angle de 90 ° et les bras doivent reposer naturellement de chaque côté.
  3. Les mains doivent former une ligne droite avec les avant-bras, de manière à ce que les poignets ne soient fléchis dans aucune direction.
  4. Les cuisses doivent être parallèles au sol et les pieds doivent reposer bien à plat au sol ou sur le repose-pieds.
  5. Au besoin, utilisez un repose-pieds pour soutenir vos pieds.
  6. La chaise doit être entièrement réglable (c'est-à-dire, la hauteur du siège et du dossier, l'inclinaison) et de préférence, comporter des accoudoirs). La chaise doit être munie d'un soutien lombaire moulé (bas du dos) pour aider à maintenir la courbe lombaire.
  7. L'utilisateur doit avoir assez d'espace pour manipuler une souris. Utilisez un repose-poignets ou un accoudoir afin de garder les poignets droits et de ne pas surmener vos bras. (voir figure 2)
  8. Utilisez un porte-copie réglable posé à la même hauteur, au même angle et à la même distance que le moniteur.

Souris et autres périphériques d'entrée

Les périphériques d'entrée comme les souris, les boules de commande et les numériseurs servent à exécuter certaines tâches informatiques, du traitement de texte à la conception assistée par ordinateur (CAO). Il existe un certain nombre de types et de styles de périphériques. Par exemple, certaines souris sont maintenant munies d'une molette de défilement. Les paramètres de la souris peuvent également être adaptés en fonction des utilisateurs gauchers et réglés de façon à modifier la vitesse et la distance de déplacement de la souris et les actions de cliquage requises. Il est important que les utilisateurs et les acheteurs d'ordinateurs connaissent la gamme de périphériques et de paramètres offerts afin de déterminer la meilleure option selon les applications et les utilisateurs.

Un appareil adéquat n'empêche pas l'adoption d'une bonne posture afin d'éviter des complications. Il arrive que les utilisateurs maintiennent le bras qui commande le périphérique dans une position statique, élevée ou en extension. Cela crée une charge statique dans les épaules et entraîne une flexion du poignet, deux facteurs qui contribuent à l'inconfort et aux risques de blessures.

La souris ou le numériseur doivent être placés le plus proche possible à côté de l'utilisateur, à une hauteur permettant au bras de reposer de façon naturelle et détendue et au poignet d'être dans une position neutre, la main en ligne droite avec l'avant-bras. Cette position réduit au minimum le stress physique. La souris doit également être placée de manière à ce que le cordon et les articles sur le bureau ne gênent pas le mouvement.

Si vous utilisez un support-clavier ou un support-souris, assurez-vous qu'il permet de placer la souris le plus proche possible du clavier (à la même hauteur et au même niveau) et qu'il offre une surface stable de dimension suffisante.

Au poste de travail de CAO et aux autres postes où le travail est exécuté avec un seul bras pendant de longues périodes, l'avant-bras doit être soutenu par la surface de travail à côté de l'utilisateur ou par un accoudoir réglable installé sur le bureau ou la chaise (voir figure 2). Cet appui est nécessaire pour réduire l'effet statique.

La souris ou le périphérique portatif ne doivent pas causer de crampes dans la main. Il peut être nécessaire de faire l'essai de différents modèles pour des mains de différentes tailles. Le périphérique doit avoir une forme qui réduit le fléchissement du poignet faute de quoi l'avant-bras doit être soutenu sur une surface lisse et élevée permettant de maintenir le poignet dans une position confortable.

Les boutons de la souris doivent être placés de manière à éviter toute posture inconfortable des doigts ou de la main. La force d'activation (force requise pour activer le bouton) ne doit pas être trop grande pour ne pas entraîner de fatigue. Elle ne doit pas non plus être si minime que les boutons puissent être activés par inadvertance puisque l'utilisateur aura tendance à lever ses doigts pour les tenir loin des boutons, causant un effort statique dans ses muscles.

On doit encourager les utilisateurs à tenir la souris de façon détendue, à ne pas la serrer trop fort et à la déplacer avec l'épaule plutôt qu'uniquement le poignet. Ainsi, les efforts musculaires sont mieux répartis et les mouvements du poignet ainsi que la charge statique sont réduits.

Comme le mentionne la norme CSA, les claviers sont généralement le principal périphérique d'entrée et ils doivent être conçus et placés adéquatement. La position du clavier a déjà été abordée.

Le clavier choisi doit convenir à la tâche et à l'utilisateur. Il existe des claviers différents du modèle habituel. Il est important de faire l'essai des claviers avant de les mettre en place afin de s'assurer qu'ils conviennent au travailleur et à la tâche. La norme CSA contient de plus amples renseignements à cet égard.

Figure 2 : Surface de manipulation de la souris à côté du clavier.

Figure 2  : Surface de manipulation de la souris à côté du clavier.

Remarque : L'illustration ci-dessus n'est qu'un exemple. L'aménagement du poste de travail variera en fonction du modèle de bureau, du moniteur, du support à moniteur et des autres accessoires utilisés

Position du moniteur

Les yeux de l'utilisateur doivent se trouver au même niveau que le dessus de l'écran. Certaines exceptions sont décrites à la section suivante et concernent les verres correcteurs à double foyer. La distance entre l'écran et les yeux du travailleur doit se situer entre 40 et 74 cm. La taille du moniteur détermine souvent la distance. Si le moniteur est gros, le poste de travail doit être suffisamment gros pour le loyer. Le recours de plus en plus répandu aux écrans plats permet une meilleure utilisation de l'espace et une souplesse accrue de la position de l'écran.

Si l'écran est trop bas ou trop haut, les muscles du cou travailleront continuellement afin de maintenir la tête en position de lecture, ce qui constitue une source de fatigue et d'inconfort. Si l'utilisateur regarde continuellement ou fréquemment l'écran, celui-ci doit être placé directement devant lui pour lui éviter d'avoir à tourner la tête sur le côté. Des distances ou des positions de lecture inadéquates peuvent donner lieu à des positions fatigantes de la tête et causer une fatigue oculaire en raison des efforts de concentration requis.

Lunettes à double foyer, à triple foyer ou à simple foyer

L'utilisateur qui porte des lunettes à double foyer incline parfois la tête vers l'arrière afin de regarder l'écran à travers la section inférieure des verres, qui sert à la vision rapprochée. Si les verres à double foyer causent un inconfort à l'utilisateur ou l'obligent à adopter une position de la tête désagréable, il existe diverses façons de remédier à la situation. L'écran doit être abaissé afin que la tête demeure en position neutre pour la lecture de la ligne supérieure du texte affiché ou de tout autre document.

Sinon, un utilisateur peut choisir de porter des lunettes à simple foyer conçues expressément pour le travail à l'ordinateur avec lesquels la distance focale sera fonction de la distance entre l'utilisateur et l'écran. Dans ce cas, il est important d'utiliser le porte-copie afin que les documents soient à la même distance de lecture que l'écran.

Il existe d'autres solutions notamment les lunettes à double foyer gradué, qui ne comportent pas de ligne bien définie entre les deux sections du verre, les lunettes à triple foyer ou l'utilisation de verres à double foyer inversé, dont la partie supérieure est adaptée à la lecture de l'écran.

Les utilisateurs doivent passer régulièrement des examens de la vue et discuter de l'utilisation qu'ils font de l'ordinateur avec leur optométriste.

Chaise

Les chaises à hauteur réglable permettent à l'utilisateur de se placer à la bonne hauteur pour voir l'écran et taper sur le clavier, tout particulièrement lorsqu'il n'y a pas de bureau à paliers. Assis, l'utilisateur doit avoir les pieds à plat au sol et les cuisses parallèles au sol. Pour les utilisateurs de petite taille, la chaise doit être plus haute afin qu'ils puissent taper sans problème. Si les pieds du travailleur ne touchent pas le sol, le bord de la chaise peut comprimer le dessous des cuisses, ce qui nuit à la circulation sanguine et est inconfortable. On peut éviter ce problème en utilisant un repose-pieds.

La taille de l'utilisateur est un facteur important dans la sélection d'une chaise appropriée. Bon nombre de nouveaux modèles de chaises sont offerts en différents formats pour convenir aux utilisateurs de toutes les tailles.

Une chaise de bureau doit avoir :

  1. une base à cinq pieds disposés en un cercle au moins aussi grand que le siège;
  2. un siège réglable à une hauteur de 42 cm à 51 cm (hauteur normale) ou de 38 cm à 45cm (basse hauteur);
  3. un revêtement en matériel perméable à l'air et un coussin en mousse dense qui ne s'affaisse pas de plus de 2,5 cm;
  4. un siège :
    • qui est assez grand pour soutenir les cuisses et les fesses sans toutefois être si long qu'il touche les mollets;
      • petit : de 38 à 42 cm
      • moyen : de 42 à 46 cm
      • grand : plus de 46 cm
    • dont les bords sont arrondis afin de ne pas trop comprimer l'arrière des cuisses;
    • qui est réglable de manière à pouvoir s'incliner de trois degrés vers l'avant (c'est-à-dire que la partie avant soit de trois degrés plus basse que la position horizontale) et de quatre degrés vers l'arrière;
    • d'une largeur d'au moins 45 cm;
  5. un dossier :
    • qui offre un soutien lombaire réglable de 15 à 25 cm au-dessus du siège. Si le dossier est fixe (option moins souhaitable) le soutien lombaire doit se situer dans cette fourchette;
    • dont le rebord supérieur se situe entre 45 et 55 cm au-dessus du siège dans le cas d'un dossier de taille normale. Un dossier haut doit atteindre au moins 7,5 cm de plus qu'un dossier normal;
    • à inclinaison réglable de 93 à 113 °. Un dossier fixe doit avoir une inclinaison de 93 à 103 °;
  6. des accoudoirs :
    • dont la hauteur est réglable de 19 à 24 cm s'ils sont mobiles ou dont la hauteur se situe dans cette fourchette s'ils sont fixes;
    • d'une longueur d'au moins 18 cm, mais en retrait d'au moins 15 cm par rapport à l'avant du siège;
    • qui ne gênent pas le travail, ni le positionnement de la chaise;
    • séparés par une distance d'au moins 45 cm (ou réglable).

Un repose-pieds, s'il est nécessaire, doit avoir une surface stable et assez grande pour accueillir les deux pieds. L'angle du repose-pieds doit être réglable, bien qu'un repose-pieds fixe soit acceptable s'il assure un angle confortable aux chevilles (environ 90° du pied à la jambe). Généralement, l'angle des repose-pieds fixes se situe entre 0 et 30°.

Assurez-vous que les travailleurs sont conscients de l'importance de régler leur chaise correctement et qu'ils savent comment le faire eux-mêmes. Le travailleur devrait régler sa chaise chaque fois qu'il s'acquitte d'une tâche qui s'exécute à une hauteur différente, quelle que soit sa durée (p. ex., écrire plutôt que de travailler à l'ordinateur).

Bureaux

La meilleure façon d'offrir à tous les utilisateurs des claviers et des écrans de la bonne hauteur est d'avoir recours à des tables à paliers ou des bureaux qui permettent de régler séparément la hauteur de chaque élément. Ce mobilier permet à des utilisateurs de différentes tailles de prendre des postures acceptables. Cependant, il est également possible d'adopter des postures acceptables grâce à un bureau fixe de hauteur acceptable, d'une chaise réglable et d'un repose-pieds ou d'un support à moniteur, le cas échéant.

La norme CSA favorise les surfaces de travail réglables, mais recommande également des bureaux fixes d'une hauteur de 73 cm +/- 2,5 cm.

Les tables, les bureaux ou les supports destinés au travail informatique doivent être suffisamment profonds pour que le clavier et le moniteur puissent être placés devant l'utilisateur. La norme CSA recommande une surface d'au moins 76 cm. Lorsque l'espace est limité, il est possible, entre autres choses, d'avoir recours à des écrans plats pour économiser de l'espace.

Le dégagement aux jambes doit être suffisant. La norme prévoit un dégagement horizontal de 43 cm aux genoux et de 60 cm aux orteils, soit le dégagement horizontal total pour le pied et la jambe. Le dégagement vertical à l'avant de la surface de travail doit être d'au moins 68 cm et la largeur de l'espace réservée aux jambes doit être d'au moins 50 cm.

Porte-copies

Le travail informatique consiste souvent à saisir des données à partir d'un texte sur papier. Le document doit se trouver à côté de l'écran, au même niveau. On réduit ainsi l'amplitude des mouvements de la tête et des yeux entre le texte et l'écran. Les risques de fatigue musculaire ou oculaire sont alors moins élevés. Le meilleur moyen de placer le texte correctement est d'utiliser un porte-copie réglable. Les porte-copies sont habituellement montés sur un bras flexible fixé à une base ou attaché au bord du bureau. Le modèle attaché est recommandé pour les petits bureaux. Avant d'acheter un porte-copie, pensez à la taille et à l'épaisseur des documents que vous utilisez et choisissez-en un qui pourra les tenir. Les documents plus volumineux peuvent être posés sur une planche inclinée.

Travail au téléphone

De plus en plus, les travailleurs doivent utiliser un clavier pendant qu'ils sont au téléphone. Cela donne lieu à des postures inconfortables pour la tête, le cou et le dos étant donné qu'ils coincent le combiné entre l'épaule et la tête afin d'avoir les mains libres. Les travailleurs qui doivent, pendant de longues périodes, utiliser un ordinateur alors qu'ils sont au téléphone se plaignent de douleurs, tout particulièrement à la tête et au dos. Dans ce cas, il leur est recommandé d'utiliser des casques d'écoute. Les téléphones mains libres sont également une autre solution, lorsque l'espace et la tâche le permettent. Les supports ajoutés aux combinés ne constituent pas une option optimale. Bien qu'ils améliorent la position de la tête, le combiné est toujours maintenu en place par un effort statique.

précédent | suivant