Table des matières | Imprimer cette page

Objectif n° 2 : Prestation de services améliorée

  • Diffusion : 16 décembre 2013
  • Dernière mise à jour : décembre 2013

Le deuxième objectif de la stratégie est de transformer la manière dont le système planifie et offre les services de santé et sécurité au travail. Il faut se concentrer sur une prestation de services intégrée, l'amélioration des partenariats et la promotion d'une culture de santé et de sécurité au travail.

Prestation intégrée des services et planification de l’ensemble du système

Pour transformer le système, il faut intégrer la prestation et la planification des services. Un nouveau modèle de prestation de services mieux intégré permettra de veiller à ce que tous les lieux de travail, quel que soit le partenaire de système contacté, obtiennent des programmes et services normalisés, abordables et accessibles qui répondent à leurs besoins. Les partenaires du système collaboreront pour planifier et offrir des activités de sensibilisation, de formation et d'application de la loi en matière de prévention qui s'harmonisent avec les priorités stratégiques du gouvernement. Il faut travailler avec les autres intervenants et partenaires pour s'entendre sur la manière d'atteindre des objectifs communs.

La création du Bureau du directeur général de la prévention fut une première étape importante pour regrouper les fonctions d'application de la loi et de prévention du système. Le Bureau a créé une autorité centrale au sein du ministère du Travail qui a la capacité d'élaborer une stratégie permettant d'orienter et d'harmoniser le système.

Le ministère a cerné divers outils et méthodes pour établir un dialogue avec les lieux de travail diversifiés. Ces méthodes peuvent être vues comme un continuum de services, de la sensibilisation et l'éducation à la conformité et à l'application. De nombreux organismes du système fournissent des services qui s'inscrivent dans le continuum, ce qui peut entraîner un chevauchement, des inefficacités ainsi que des messages contradictoires aux parties des lieux de travail. Par exemple, le ministère du Travail, les associations sectorielles de santé et de sécurité, les fournisseurs de services de santé et sécurité au travail privés et les employeurs sont tous engagés dans la sensibilisation à l'égard des exigences en matière de santé et de sécurité des couvreurs de toits résidentiels. Pour mener une campagne de marketing social et obtenir les meilleurs résultats, tous les organismes intéressés doivent s'assurer que leurs messages sont harmonisés et conçus sur mesure pour leurs publics cibles. En travaillant ensemble à intégrer la prestation des services et à établir les services en fonction des besoins et des données probantes, les partenaires du système peuvent offrir des services de soutien ciblés, constants et de qualité, qu'un organisme ou une entreprise ait besoin d'améliorer sa sensibilisation à l'égard de la santé et de la sécurité du travail, d'accroître ses connaissances ou d'atteindre la conformité. La prestation intégrée de services permet également à tous les intervenants du système de miser sur leurs points forts et d'accroître leur portée.

Un modèle de prestation de services intégrée permettra ce qui suit :

  • améliorer l'accès aux services, ainsi que leur qualité, pour toutes les parties du lieu de travail;
  • améliorer la responsabilité envers les dépenses et les résultats;
  • renforcer la collaboration entre les organismes pour accroître leur portée et éviter le chevauchement de services

En vue d'aider à intégrer la prestation et la planification de services, le système prendra des mesures pour :

  1. Clarifier les rôles des partenaires du système et les services qu'ils offrent
    • Consigner les rôles, les produits et les services de chaque partenaire du système et les communiquer à tous ses membres ainsi qu'aux parties des lieux de travail.
    • S'attaquer aux questions qui pourraient être des obstacles à l'échange de renseignements ou d'expertise parmi les partenaires du système, tout en reconnaissant la nécessité de tenir certains renseignements confidentiels.
  2. Accroître la planification intégrée parmi tous les partenaires du système
    • Créer des tribunes inclusives qui permettent à tous les partenaires du système de participer à la planification et à l'établissement de priorités conjointes (p. ex., comités et groupes de travail interorganisationnels)
    • Continuer d'échanger des renseignements et des pratiques exemplaires qui peuvent venir appuyer la planification et la prestation conjointes de services
  3. Améliorer l'expérience du client et l'accès aux services
    • Créer des programmes et des services qui peuvent être offerts en partenariat et qui incluent des renseignements sur les ressources et les exigences, lorsque cela est approprié (p. ex., séances de sensibilisation offertes par le ministère et les associations de santé et sécurité)
    • S'assurer que les clients sont orientés vers les services de santé et sécurité au travail qui répondent le mieux à leurs besoins (p. ex., renforcer les liens avec les autres ministères, les municipalités et les autres partenaires potentiels qui interagissent avec les employeurs et les travailleurs)
  4. Renforcer la capacité des partenaires du système de suivre leur rendement et d'assumer leurs responsabilités
    • Établir un ensemble de mesures de rendement commun à l'échelle du système et définir son incidence sur les parties des lieux de travail
    • Publier un rapport annuel sur le rendement du système

Conclure des partenariats collaboratifs entre le système de santé et sécurité au travail et les autres organismes

Afin d'améliorer la prestation de services, il faut plus que collaborer au sein d'un système pour offrir des programmes et des services aux lieux de travail. Il faut également travailler avec et par l'intermédiaire de nouveaux partenaires qui ne font pas partie du système actuel, dont certains pourraient ne pas réaliser leur capacité à influencer la santé et la sécurité.

Le rapport du comité et les commentaires découlant des séances de consultation auprès des intervenants du ministère du Travail recommandent de changer la manière dont le gouvernement travaille avec les autres organismes et les moyens technologiques utilisés pour soutenir ces partenariats. En utilisant de nouveaux moyens pour tirer profit des relations existantes et en nouant de nouveaux partenariats stratégiques, il est possible d'améliorer la prestation de services comme suit :

  • acquérir une meilleure compréhension des besoins des lieux de travail;
  • accroître la portée des programmes pour rejoindre les lieux de travail qui sont habituellement difficiles à cibler au moyen d'inspections (p. ex., l'économie clandestine);
  • encourager les lieux de travail qui ont beaucoup d'expertise dans la santé et la sécurité au travail à aider ceux qui ont moins de connaissances et de ressources à cet égard;
  • trouver de nouvelles occasions de diffuser des messages de sensibilisation;
  • identifier des leaders en santé et sécurité au sein de nouveaux milieux et lieux de travail.

Il est toujours plus efficace de travailler ensemble pour atteindre un objectif commun. En collaborant étroitement avec tous les partenaires, chacun a la possibilité de mettre à profit les forces des autres, d'utiliser les ressources plus efficacement et d'obtenir de meilleurs résultats pour tous les Ontariens et Ontariennes (se reporter à l'encadré pour obtenir des exemples).

Exemples des forces uniques des partenaires

  • Les associations de santé et de sécurité possèdent des connaissances sur les secteurs et les risques particuliers, des réseaux d'employeurs/employés établis et de l'expérience pour élaborer et offrir des activités de sensibilisation et de formation
  • Les organismes communautaires, comme ceux qui offrent des services aux immigrants, comprennent les besoins de ces groupes et peuvent donner un accès aux réseaux pouvant servir à faire connaître des ressources de sensibilisation à la santé et la sécurité au travail adaptées aux cultures
  • Les autres ministères provinciaux, comme le ministère des Affaires civiques et de l'Immigration et le ministère du Développement économique, du Commerce et de l'Emploi, ont noué des contacts (soit, des points de contact) avec les travailleurs vulnérables et les petites entreprises (p. ex., lors de l'inscription des nouvelles entreprises)
  • Chaque employeur a la capacité d'influer sur les résultats en matière de santé et de sécurité au travail en mettant en œuvre des politiques et des pratiques et en influençant :
    • les autres entreprises dans le cadre des associations d'entreprises et de relations de travail;
    • sa propre industrie sectorielle par l'entremise de sa chaîne d'approvisionnement.

    Par exemple, le ministère du Travail a conclu un partenariat avec Infrastructure Ontario afin que l'organisme intègre un critère de santé et de sécurité au travail dans ses processus d'approvisionnement pour les fournisseurs attitrés.

Pour améliorer les partenariats, le système pourra :

  1. Accroître l'engagement avec les partenaires au sein du système et ceux de l'extérieur
    • Créer de nouvelles tribunes ou de nouveaux mécanismes permettant de solliciter de façon continue des commentaires et des conseils des partenaires du gouvernement.
  2. Utiliser les partenariats existants et les nouveaux pour rejoindre un plus grand public et promouvoir les ressources du système
    • Continuer de renforcer les liens du gouvernement avec les partenaires existants et les ministères
    • Conclure de nouveaux partenariats inhabituels afin de rejoindre de nouveaux publics.
    • Identifier des leaders en santé et en sécurité dans les nouveaux secteurs et milieux qui se feront les champions de la santé et de la sécurité.
    • Explorer de nouvelles technologies afin d'aider les partenaires à échanger des renseignements.
  3. Collaborer avec les autres ministères et paliers du gouvernement pour échanger des renseignements et accroître les efforts d'application de la loi

Activités visant à nouer des partenariats collaboratifs

  • Le ministère du Travail continue de travailler avec le ministère de l'Éducation pour trouver de nouvelles occasions de renforcer l'éducation sur la santé et la sécurité au travail dans les programmes scolaires ainsi que le soutien offert aux enseignants pour qu'ils offrent des leçons de santé et de sécurité par l'entremise des ressources pédagogiques de l'initiative « Travailleur avisé, travailleur en santé! »
  • Ensemble, le ministère du Travail, le Bureau du commissaire des incendies et Gestion des situations d'urgence Ontario ont créé et mis en œuvre une stratégie d'information afin d'aider les municipalités et les services d'incendie à comprendre leurs obligations de conformité en vertu de la Loi sur la santé et la sécurité au travail (LSST) et de la Loi de 1997 sur la prévention et la protection contre l’incendie (LPPI)
  • Grâce à sa salle de formation climatisée mobile, la section locale 183 de l'UIJAN, le plus important syndicat de travailleurs de la construction en Amérique du Nord, offre de la formation en santé et sécurité au travail sur les lieux de travail. Le centre de formation de la section locale de l'UIJAN est un partenaire de formation de l'Association de santé et sécurité dans les infrastructures. Il fait appel au programme de formation de l'Association de santé et sécurité dans les infrastructures pour bon nombre de ses cours sur la sécurité offerts à ses membres dans différents établissements et dans la salle de formation mobile, qui peut se déplacer n'importe où en Ontario.

Promouvoir une culture de santé et de sécurité dans les lieux de travail et dans toute la société

Pour mener à bien une amélioration importante et durable dans la santé et la sécurité des lieux de travail de l'Ontario, il faut accorder une place importante à la santé et sécurité au travail dans les lieux de travail et dans toute la société. Pour prévenir des préjudices aux travailleurs, il faut promouvoir une culture de santé et de sécurité qui démontre les valeurs, les croyances et les attitudes communes.

Dans le lieu de travail, l'adoption d'une culture de santé et de sécurité est marquée par un système de responsabilité interne (SRI) qui permet à tous de participer dans la santé et la sécurité au travail et d'assumer des responsabilités à cet égard. Les lieux de travail qui ont des valeurs, des attitudes, des pratiques et des systèmes de santé et de sécurité solides ont tendance à présenter moins de maladies, de blessures et de décès liés au travail (4) (5) (9) (10). Pour instaurer cette culture dans tous les lieux de travail, la stratégie contribuera à la promotion d'un bon système de responsabilité interne, y compris des représentants et des comités mixtes sur la santé et la sécurité au travail.

À l'échelle sociale, la culture de santé et de sécurité au travail dépend des attitudes et des croyances des Ontariens et des Ontariennes. La société tout entière peut jouer un rôle important dans la prévention de préjudices comme elle l'a fait, par exemple, en diminuant le tabagisme, en accroissant l'utilisation des ceintures de sécurité et en réduisant la conduite avec facultés affaiblies. Dans chacun des cas, de nombreux organismes ont participé à une initiative de marketing social persistante à plusieurs volets qui a aidé un changement des attitudes et des comportements sociaux. Par exemple, accroître l'utilisation des ceintures de sécurité a nécessité des changements aux politiques, l'application de la loi par les forces policières, des campagnes de sensibilisation et des changements technologiques.

Pour favoriser une culture de santé et de sécurité, il faut insister sur le fait largement reconnu que les blessures, les maladies et les décès liés au travail sont inacceptables. Un plus fort soutien social pour la santé et la sécurité au travail correspond également à une approche plus vaste de la santé et du bien-être et peut y contribuer. Pour assurer le succès de la stratégie, le système doit sensibiliser le public à l'importance de la santé et de la sécurité au travail et au rôle que chacun doit assumer pour rendre les lieux de travail de l'Ontario sains et sécuritaires. Il faut transmettre ce message à tous les Ontariens et les Ontariennes, tout particulièrement aux jeunes, et les encourager à prendre les mesures nécessaires pour prévenir les blessures, les maladies et les décès liés au travail.

Pour promouvoir une culture de santé et de sécurité dans les lieux de travail et partout dans la société, le système prendra des mesures pour :

  1. Comprendre les attitudes, les croyances et les comportements de la société envers la santé et la sécurité et comment ils peuvent changer au fil du temps
    • Appuyer la recherche visant à comprendre les connaissances en matière de santé et sécurité au travail et leurs attitudes à ce sujet
    • Établir un point de référence des attitudes et des croyances actuelles afin de pouvoir évaluer les changements sur une période de temps donnée
    • Étudier les conclusions pour cerner les lacunes, cibler les stratégies de sensibilisation et améliorer les pratiques en matière de sécurité
  2. Favoriser la sensibilisation du public à l'importance de la santé et de la sécurité et du système de responsabilité interne
    • Cibler le marketing social, la publicité et les communications directes dans les lieux de travail (y compris le matériel de sensibilisation) et d'autres milieux (p. ex., les maisons, les écoles) et secteurs
    • Renforcer la sensibilisation destinée aux Ontariens d'âge scolaire afin de s'assurer qu'ils ont les outils pour rester en santé et en sécurité avant qu'ils ne commencent à travailler.
  3. Soutenir les leaders et les champions de la santé et de la sécurité dans les collectivités et les lieux de travail
    • Lancer des programmes permettant de reconnaître des leaders de la santé et de la sécurité dans tous les types d'organismes et d'entreprises.
    • Lancer des programmes permettant de reconnaître des leaders dans la responsabilité sociale d'entreprise dans le but d'influencer leurs pairs, les consommateurs et les autres secteurs.
    • Faire du gouvernement de l'Ontario un leader dans les politiques d'approvisionnement qui favorisent la santé et la sécurité, et encourager les grands organismes et entreprises du secteur privé à adopter des politiques semblables dans leurs chaînes d'approvisionnement.
  4. Veiller à ce que les programmes de santé et de sécurité favorisent une culture de transparence et d'inclusivité – plutôt que de blâme et de représailles – dans le signalement des risques
    • Envisager des programmes qui reconnaissent les travailleurs et les superviseurs qui gèrent les risques avec transparence et qui veulent apporter des améliorations.

Activités visant à promouvoir une culture de santé et de sécurité

  • L'Institut de recherche sur le travail et la santé a créé un outil à huit éléments qui offre un aperçu de la culture de santé et de sécurité d'un organisme ou d'une entreprise et a démontré que la culture est liée aux blessures dans les lieux de travail. Ces travaux sont une étape importante en vue de créer un outil efficace d'évaluation des principaux indicateurs.
  • Le Bureau de la prévention prévoit mettre en œuvre une stratégie de sensibilisation sociale pluriannuelle qui a pour but de réduire de façon importante la tolérance du public à l'égard des blessures, des maladies et des décès dans les lieux de travail (une recommandation du comité). La stratégie de sensibilisation tentera de changer les attitudes, les croyances et les comportements sociaux envers la santé et sécurité au travail.

précédent | suivant

ISBN 978-1-4606-3285-7 (HTML)
ISBN 978-1-4606-3284-0 (Version imprimé)
ISBN 978-1-4606-3286-4 (Version PDF)