• Diffusion : 16 décembre 2013
  • Dernière mise à jour : décembre 2013

L'Ontario présente un bon dossier de santé et sécurité au travail et a réalisé d'importants progrès au chapitre de l'amélioration de la sécurité au travail 2. Toutefois, il faut faire mieux.

D'une façon très fondamentale, la société a une obligation morale d'assurer de bonnes conditions dans les lieux de travail afin de permettre aux travailleurs de retourner à la maison sains et saufs. Elle a également la responsabilité de veiller à ce que tous les travailleurs de la province aient droit aux avantages d'un milieu de travail sain et sécuritaire, dont les bienfaits peuvent influencer tous les aspects de leur vie. Les bienfaits d'un milieu de travail sain et sécuritaire comprennent le sentiment de bien-être ressenti lorsqu'on est en santé, physiquement et mentalement, ainsi que le sentiment d'accomplissement personnel que l'on tire d'un travail bien fait.

Rob Ellis, Shirley Hickman et Paul Kells ont tous fondé des organismes qui s'efforcent de sensibiliser le public à la santé et sécurité au travail. Les trois ont été poussés à passer à l'acte après que leurs familles aient vécu la perte tragique d'un jeune employé à la suite d'un accident de travail évitable. Des programmes comme Communautés sécuritaires au Canada (qui fait maintenant partie de l'organisme Parachute Canada), MySafeWork et Fil de vie déploient des efforts en vue d'accroître la sensibilisation à l'égard de la santé et sécurité au travail et de créer un changement durable dans la société.

Sur un plan plus personnel, il faut veiller à ce que les familles et amis des travailleurs de l'Ontario aient l'esprit tranquille parce qu'ils savent que leurs proches sont, tous les jours, bien protégés. Un seul décès est un décès de trop. En 2012, il y a eu 242 décès liés au travail en Ontario (1), et chacun d'entre eux aurait pu être évité. Il faut agir pour s'assurer que les familles et les amis n'aient pas à vivre la perte d'un être cher.

Les décès liés au travail ne représentent pas uniquement des pertes de vie et des pertes personnelles. Il est difficile d'évaluer les coûts économiques des maladies, des blessures et des décès liés au travail, mais le versement des prestations accordées par la Commission de la sécurité professionnelle et de l'assurance contre les accidents du travail (CSPAAT) afin d'indemniser les travailleurs et leurs familles pour les blessures et les maladies liées au travail en Ontario était de 2,67 milliards de dollars en 2012 (2). Ce chiffre ne comprend pas les coûts plus difficiles à évaluer comme la baisse de production, la baisse de productivité et les dommages matériels. L'Institut de recherche sur le travail et la santé a estimé que le coût économique total des blessures associées au lieu de travail au Canada était de 17 milliards de dollars en 2008 (3).

Dans le lieu de travail, il existe une obligation légale de se conformer aux exigences de santé et de sécurité au travail énoncées dans la Loi sur la santé et la sécurité au travail (LSST) et ses règlements. Les employeurs devront subir des conséquences s'ils ne respectent pas les exigences ou s'ils sont responsables d'une blessure, d'une maladie ou d'un décès. Les conséquences peuvent inclure des amendes, le recyclage des travailleurs, une hausse des primes d'assurance, la réparation du matériel endommagé ou même des accusations au criminel (4)(5). D'un côté, les coûts associés à ces conséquences peuvent réduire la rentabilité et avoir une incidence sur la viabilité à long terme d'une entreprise. D'un autre côté, un bon rendement en matière de santé et sécurité au travail peut accroître la viabilité financière d'un lieu de travail et améliorer son image publique.

En tenant compte de tous ces facteurs, il semble important que chacun prenne des mesures afin de réaliser la vision du gouvernement de l'Ontario de lieux de travail sains et sécuritaires pour tous les Ontariens.

Depuis plus d'une décennie, le Centre de santé des travailleurs(euses) de l'Ontario (OHCOW) subvient aux besoins des travailleurs agricoles migrants. Les services de l'OHCOW répondent au besoin grandissant de ressources dans le domaine de la santé et de la sécurité au travail pour les travailleurs étrangers temporaires en Ontario. Bien qu'à l'origine ses efforts étaient axés sur l'amélioration des conditions de travail et la prévention des maladies professionnelles (depuis 2006), le Centre de santé des travailleurs(euses) de l'Ontario (OHCOW) offre également des services cliniques de santé au travail aux travailleurs agricoles migrants dans le Sud-Ouest de l'Ontario et agit en partenariat avec les organismes communautaires. Plus récemment (depuis 2009), le projet pour les travailleurs agricoles migrants de l'OHCOW s'est élargi pour inclure des interventions liées à la prévention ainsi que des activités d'éducation et de sensibilisation.

La province doit avoir :

  • des travailleurs en santé et en sécurité,
  • un accès transparent aux renseignements et aux services de soutien,
  • des services complets pour les parties des lieux de travail,
  • une bonne évaluation du rendement du système,
  • des résultats clairs atteints grâce à une prestation intégrée de services.

[ 2 ] Depuis 2001, la fréquence des blessures en Ontario diminue. En fait, l'Ontario présentait le plus faible taux de blessures de tous les territoires de compétence canadiens de 2009 à 2011 (2011 étant la plus récente année pour laquelle nous disposons de données). (11)

précédent | suivant

ISBN 978-1-4606-3285-7 (HTML)
ISBN 978-1-4606-3284-0 (Version imprimé)