Imprimer cette page

Santé mentale en milieu de travail

  • Diffusion : May 2017
  • Dernière mise à jour : décembre 2017

Dans cette page :

Allocution du ministre du Travail, Kevin Flynn, sur la santé mentale


Kevin Flynn, Ministre du Travail

Cette année, la semaine du 7 au 13 mai est la Semaine de la santé mentale au Canada et l’occasion par excellence de réfléchir sur le chemin que nous avons parcouru dans l’avancement de la cause visant à promouvoir la santé psychologique et la sécurité au travail. Bien sûr, il nous reste encore beaucoup à faire et c’est pourquoi notre démarche pour le progrès doit se poursuivre sans relâche. À vrai dire, la création de lieux de travail psychologiquement sains et sécuritaires profite aux employeurs et aux travailleurs, ainsi qu’à leurs familles.

Les lieux de travail psychologiquement sains s’attachent activement à prévenir les méfaits pour la santé psychologique des travailleurs, notamment ceux causés par négligence, par témérité ou de manière intentionnelle, et s’attachent aussi à promouvoir le bien‑être psychologique. Ces lieux de travail jouissent d’une meilleure capacité de recrutement et de rétention des talents, d’une participation accrue des employés, d’une meilleure productivité, de niveaux plus élevés de créativité et d’innovation et réalisent des profits plus importants.

Au sein du ministère du Travail, nous continuons à prendre des mesures pour que la question de la santé mentale soit placée au premier rang. La première ministre, dans la lettre de mandat qu’elle m’a adressée, me demandait d’augmenter les mesures de protection de la santé mentale pour les travailleurs de l’Ontario. Dans le cadre du projet de loi 163, nous avons déjà pris des mesures qui, lorsqu’un état de stress post-traumatique est diagnostiqué chez un premier intervenant, créent une présomption de corrélation entre le travail et cet état de stress post-traumatique.

Nous avons maintenant étendu la présomption relative à l’ÉSPT au personnel infirmier et, entre autres, aux agents de probation et de libération conditionnelle, aux agents spéciaux, aux huissiers, aux membres civils des services de police intervenant dans des crimes violents et aux unités de médecine légale. Cette présomption permet un accès plus rapide aux prestations de la CSPAAT, aux ressources et à un traitement opportun. Ainsi, il n’est pas nécessaire de prouver qu’il existe un rapport causal entre l’ÉSPT et un évènement survenu au travail.

Je continue à tenir des sommets annuels de leadership pour mettre en lumière les meilleures pratiques, reconnaître les leaders et surveiller les progrès accomplis dans la gestion de l’ÉSPT.

Ces deux dernières années, le ministère a traité la santé mentale au travail comme une priorité dans le cadre de son Programme d’innovation pour la prévention, la santé et la sécurité au travail. Dans cet intervalle, le programme a fourni un financement de 2,18 millions de dollars à 13 initiatives axées sur la promotion de lieux de travail psychologiquement sains, la prévention ou la réduction du stress post-traumatique lié au travail et l’accès à des outils et à des ressources utiles pour les travailleurs présentant des problèmes de santé mentale.

Les derniers projets financés comprennent ceux axés sur la santé mentale des travailleurs malentendants, des travailleurs du secteur du camionnage et de la logistique, des travailleurs de la santé et des premiers intervenants.

Notre Programme des perspectives de recherche compte une priorité qui vise à appuyer la santé mentale au travail, y compris la prévention de l’ÉSPT. Au cours des quatre dernières années, ce programme a versé un financement de 1,02 million de dollars à six initiatives axées sur la santé mentale. Les projets financés récemment comprennent la recherche menée par le Centre de soins de santé mentale Waypoint pour améliorer les soins aux intervenants en psychiatrie présentant un ÉSPT.

Par l’entremise de notre partenaire, la Public Services Health and Safety Association, nous avons lancé FirstRespondersFirst.ca, une trousse de ressources gratuite sur l’ÉSPT accessible en ligne avec un contenu adapté de façon à répondre aux besoins de chaque secteur employant des premiers intervenants.

De plus, l’an dernier, Workplace Safety and Prevention Services (WSPS) a lancé le site ThinkMentalHealth.ca, un portail axé sur la santé mentale qui cible les besoins des petites entreprises. Ce site a continué à gagner en popularité, recevant plus de 8 000 visiteurs et 42 801 pages vues. Cette fabuleuse ressource pour la santé mentale relie un éventail de partenaires ministériels et d’experts en santé mentale à l’intérieur d’un seul et même site en ligne.

Les visiteurs ont la possibilité d’explorer une large gamme de ressources et de documents d’information connexes conçus pour aider les entreprises à comprendre les répercussions de la santé mentale sur le lieu de travail. Jusqu’à présent, les principales recherches ont porté essentiellement sur l’anxiété, la stigmatisation et le stress mental.

Grâce à une subvention d’innovation du ministère du Travail, WSPS a également lancé Healthy Minds @ Work, une initiative fondée sur un partenariat entre WSPS et 13 bureaux de santé publique de l’Ontario. Ce projet vise précisément à favoriser des lieux de travail psychologiquement sains. Il a mis à profit la Norme nationale du Canada sur la santé et la sécurité psychologiques en milieu de travail pour créer une feuille de route permettant aux lieux de travail de promouvoir et protéger la santé et la sécurité psychologiques des travailleurs. Les bureaux de santé publique participants ont tenu des ateliers entre janvier 2017 et février 2018 pour promouvoir la norme.

Enfin, nos partenaires des Centres de santé des travailleurs(ses) de l’Ontario ont élaboré un outil de sondage en ligne gratuit axé sur des données probantes, StressAssess, pour aider les lieux de travail à définir les dangers psychosociaux qui peuvent causer du stress et une lésion psychique, proposant des suggestions et des itinéraires pour les éliminer et, ainsi, prévenir les méfaits.

Les liens ci‑dessous mènent à des sites Web qui contiennent des renseignements précieux sur la santé mentale au travail. Je vous prie d’utiliser cette information pour voir comment vous pouvez rendre votre lieu de travail plus sain sur le plan psychologique.

Le ministre du Travail de l’Ontario,
Kevin Flynn

Numéros importants



  • Si vous êtes en situation de crise, appelez le 911.
  • Trouvez un centre de détresse. Les centres de détresse offrent un soutien et des services, y compris des lignes d’écoute ouvertes 24 heures.

Prestations pour un état de stress mental chronique ou traumatique

La Loi de 1997 sur la sécurité professionnelle et l’assurance contre les accidents du travail a été modifiée en mai 2017 pour ouvrir le droit à des prestations pour un état de stress mental chronique ou traumatique relié au travail. Les modifications entrent en vigueur le 1er janvier 2018.

Le projet de loi 177 (Loi de 2017 pour un Ontario plus fort et en meilleure santé) a reçu la sanction royale le 14 décembre. Y sont clarifiées les dispositions relatives au droit élargi à des prestations pour un état de stress mental chronique ou traumatique relié au travail. Le projet de loi modifie la Loi de 1997 sur la sécurité professionnelle et l’assurance contre les accidents du travail pour que les dispositions ci-après soient observées à compter du 1er janvier 2018 :

  • Les demandes d’indemnisation pour un état de stress mental que la CSPAAT et le TASPAAT n’ont pas encore réglées devront l’être par la CSPAAT conformément aux nouvelles dispositions relatives au droit élargi à des prestations pour un état de stress mental.
  • Les demandes d’indemnisation pour un état de stress mental qui ont été présentées le 29 avril 2014 ou après cette date devront être réglées par la CSPAAT conformément aux nouvelles dispositions relatives au droit élargi à des prestations pour un état de stress mental.

Les travailleurs dont la demande d’indemnisation pour un état de stress mental avait été rejetée peuvent demander à la CSPAAT et au TASPAAT de réexaminer leur demande.

Le gouvernement reconnaît que les préoccupations qu’avaient soulevées les organismes ONIWG (Ontario Network of Injured Workers Group) et IWC (Injured Workers Consultants) ont été très utiles pour rédiger les modifications apportées à la Loi de 1997 sur la sécurité professionnelle et l’assurance contre les accidents du travail. Ces organismes avaient demandé que soient clarifiées les règles transitoires et leur application pour déterminer le droit à des prestations pour un état de stress mental.

État de stress post-traumatique (ÉSPT)

Pensez à la santé mentale

ThinkMentalHealth.ca est une initiative conjointe des partenaires du système de santé et de sécurité de l’Ontario, qui vise à fournir aux propriétaires d’entreprises les ressources pour mieux comprendre et prévenir les problèmes de santé mentale.

Partenaires du système de santé et de sécurité au travail

Ressources additionnelles en matière de santé mentale pour les lieux de travail