Imprimer Imprimer cette page

FAQ : virus du Nil occidental

  • Diffusion : juin 2004
  • Dernière mise à jour : août 2013
 

Que dois-je faire si je pense qu'il est possible que je sois exposé au virus du Nil occidental dans mon lieu de travail ?

Conformément à la Loi sur la santé et la sécurité au travail, les employeurs et leur personnel ont l'obligation de veiller à ce que leur lieu de travail soit sécuritaire. Votre employeur doit donc prendre toutes les mesures raisonnables, dans les circonstances, pour protéger les travailleurs.

Si vous avez des craintes au sujet du virus du Nil occidental et de votre santé et sécurité personnelles dans votre lieu de travail, parlez-en à votre superviseur ou au comité mixte sur la santé et la sécurité au travail, s'il y en a un dans votre lieu de travail. Il est généralement possible de trouver une solution.

Retour en haut

 

Les travailleurs ont-ils le droit de refuser de travailler s'ils croient qu'il est possible qu'ils soient exposés au virus du Nil occidental dans leur lieu de travail ?

Conformément à la Loi sur la santé et la sécurité au travail, les employeurs et leur personnel ont l'obligation de veiller à ce que leur lieu de travail soit sécuritaire. Votre employeur doit donc prendre toutes les mesures raisonnables, dans les circonstances, pour protéger les travailleurs.

Si vous avez des craintes au sujet du virus du Nil occidental et de votre santé et sécurité personnelles dans votre lieu de travail, parlez-en à votre superviseur ou au comité mixte sur la santé et la sécurité au travail, s'il y en a un dans votre lieu de travail. Il est généralement possible de trouver une solution.

S'il n'a pas été possible de trouver une solution ou si la réponse de votre employeur ne vous satisfait pas, la Loi sur la santé et la sécurité au travail garantit aux travailleurs le droit de refuser du travail quand ils ont une raison de croire que leur milieu de travail risque de compromettre leur santé et leur sécurité.

Ce droit est restreint pour certaines activités professionnelles, dont celles qu'exercent les pompiers, les agents de police et les agents des services correctionnels.

Lorsqu'un travailleur refuse de travailler, son employeur est censé observer la marche à suivre décrite dans la Loi sur la santé et la sécurité au travail.

Lorsqu'un employeur croit qu'il est sécuritaire de retourner travailler, mais que le travailleur n'est pas d'accord, il faut que le ministère du Travail en soit informé. Le ministère fera ensuite une enquête.

Retour en haut

 

Que dois-je faire, en tant que travailleur, pour me protéger contre le virus du Nil occidental ?

Les risques de se faire piquer par un moustique infecté sont minimes. Le virus ne se propage pas d'une personne à une autre, et il ne peut pas être transmis d'un oiseau à un être humain. Il est toutefois important, par mesure de précaution, de réduire au minimum l'exposition à des moustiques aux endroits où l'on a décelé la présence du virus.

Voici quelques précautions que vous pourriez prendre :

  • Portez des vêtements protecteurs. Les moustiques sont attirés par des couleurs foncées et plutôt vives. Sauf pour des raisons liées à la sécurité dans votre activité professionnelle, vous devriez porter des vêtements de couleur pâle, dont une chemise à manches longues (ou une veste) et un pantalon (inséré dans les chaussettes, pour mieux vous protéger).
  • Éliminez les endroits du lieu de travail où les moustiques pourraient se reproduire. Dans la mesure du possible, éliminez régulièrement (ou au moins une fois par semaine) les eaux stagnantes dans les cours, sur les terrains, dans les parcs de stationnement, dans les fossés et sur les toits plats. Vous pourriez, par exemple, vider et nettoyer tout ce qui pourrait contenir des eaux stagnantes pendant une longue période à l'extérieur (vieux pneus, barils, boîtes en métal, etc.).
  • Soyez particulièrement prudent de l'aube à la brunante, quand les moustiques sont le plus actifs.
  • Avant de travailler à l'extérieur, recouvrez-vous d'un chasse-moustiques qui contient du DEET ou d'un autre produit à usage personnel qui a été approuvé par le gouvernement fédéral. Observez le mode d'emploi imprimé sur l'étiquette. La teneur en DEET du produit antimoustiques ne doit pas être supérieure à 30 % pour les adultes.
  • Si vous ne pouvez pas utiliser un chasse-moustiques à base de DEET, il existe d'autres produits qui ont été approuvés par le gouvernement fédéral.

Retour en haut

 

Que puis-je faire pour protéger mon personnel contre le virus du Nil occidental ?

Les risques de se faire piquer par un moustique infecté sont minimes. Le virus ne se propage pas d'une personne à une autre, et il ne peut pas être transmis d'un oiseau à un être humain. Il est toutefois important, par mesure de précaution, de réduire au minimum l'exposition à des moustiques aux endroits où l'on a décelé la présence du virus.

Il existe plusieurs sources de renseignements sur les mesures de protection. En voici trois :

Si vous avez un comité mixte sur la santé et la sécurité au travail (ou si vos employés ont des porte-parole en matière de santé-sécurité au travail), vous devriez examiner le degré de risque dans votre lieu de travail et organiser une séance de formation ou d'information à l'intention de vos employés. Vous pourriez aussi remettre un bulletin d'information à votre personnel pour qu'il connaisse bien les risques et les mesures de précaution.

Voici quelques précautions que vos travailleurs pourraient prendre :

  • Vos travailleurs pourraient porter des vêtements protecteurs. Les moustiques sont attirés par des couleurs foncées et plutôt vives. Sauf pour des raisons liées à la sécurité dans leur activité professionnelle, les travailleurs devraient porter des vêtements de couleur pâle, dont une chemise à manches longues (ou une veste) et un pantalon (inséré dans les chaussettes, pour mieux se protéger).
  • Ils pourraient éliminer les endroits du lieu de travail où les moustiques pourraient se reproduire. Dans la mesure du possible, il faut éliminer régulièrement (ou au moins une fois par semaine) les eaux stagnantes dans les cours, sur les terrains, dans les parcs de stationnement, dans les fossés et sur les toits plats. Entre autres, on pourrait vider et nettoyer tout ce qui pourrait contenir des eaux stagnantes pendant une longue période à l'extérieur (vieux pneus, barils, boîtes en métal, etc.).
  • Il faut être particulièrement prudent de l'aube à la brunante, quand les moustiques sont le plus actifs.
  • Avant de travailler à l'extérieur, vos employés devraient se recouvrir d'un chasse-moustiques qui contient du DEET ou d'un autre produit à usage personnel qui a été approuvé par le gouvernement fédéral. Il faut observer le mode d'emploi imprimé sur l'étiquette. La teneur en DEET du produit antimoustiques ne doit pas être supérieure à 30 % pour les adultes.
  • Si des travailleurs ne peuvent pas utiliser un chasse-moustiques à base de DEET, il existe d'autres produits qui ont été approuvés par le gouvernement fédéral.

Retour en haut

 

Qui devrait payer la formation, les vêtements de protection et le chasse-moustiques ?

Conformément à la Loi sur la santé et la sécurité au travail, les employeurs doivent prendre toutes les précautions raisonnables pour protéger leurs travailleurs. Notons toutefois que les travailleurs doivent partager cette responsabilité, au moyen du système de responsabilité interne et du comité mixte sur la santé et la sécurité au travail (ou le porte-parole des travailleurs en matière de santé-sécurité au travail).

La formation en santé-sécurité est un devoir qui incombe aux employeurs. Certains employeurs fournissent des vêtements de protection ou d'autres dispositifs de protection. Dans d'autres cas, il pourrait être demandé des travailleurs qu'ils achètent leurs propres vêtements ou dispositifs de protection contre les moustiques.

Retour en haut

 

Puis-je refuser de travailler si je crois être en danger parce qu'on utilise un produit antiparasitaire dans mon lieu de travail ?

Conformément à la Loi sur la santé et la sécurité au travail, les employeurs et leur personnel ont l'obligation de veiller à ce que leur lieu de travail soit sécuritaire. Votre employeur doit donc prendre toutes les mesures raisonnables, dans les circonstances, pour protéger les travailleurs.

Si vous avez des craintes au sujet de l'utilisation de produits antiparasitaires dans votre lieu de travail, parlez-en à votre superviseur ou au comité mixte sur la santé et la sécurité au travail, s'il y en a un dans votre lieu de travail. Il est généralement possible de trouver une solution.

S'il n'a pas été possible de trouver une solution ou si la réponse de votre employeur ne vous satisfait pas, la Loi sur la santé et la sécurité au travail garantit aux travailleurs le droit de refuser du travail quand ils ont une raison de croire que leur milieu de travail risque de compromettre leur santé et leur sécurité.

Ce droit est restreint pour certaines activités professionnelles, dont celles qu'exercent les pompiers, les agents de police et les agents des services correctionnels.

Lorsqu'un travailleur refuse de travailler, son employeur est censé observer la marche à suivre décrite dans la Loi sur la santé et la sécurité au travail.

Lorsqu'un employeur croit qu'il est sécuritaire de retourner travailler, mais que le travailleur n'est pas d'accord, il faut que le ministère du Travail en soit informé. Le ministère fera ensuite une enquête.

Retour en haut

 

Puis-je refuser de travailler si je ne peux pas ou ne veux pas utiliser un chasse-moustiques pour des raisons de santé?

Si vous avez cette crainte, parlez-en à votre superviseur ou au comité mixte sur la santé et la sécurité au travail, s'il y en a un dans votre lieu de travail. Il est généralement possible de trouver une solution.

Outre les changements que l'on peut apporter au milieu de travail (éliminer les eaux stagnantes, rapiécer les moustiquaires, etc.), il y a diverses précautions que l'on peut prendre pour réduire au minimum les risques de se faire piquer par des moustiques et de contracter le virus du Nil occidental. On peut, entre autres, porter des vêtements de protection et se recouvrir la tête d'un filet. Si on ne peut pas utiliser un chasse-moustiques à base de DEET, il existe d'autres produits qui ont été approuvés par le gouvernement fédéral.

S'il n'a pas été possible de trouver une solution ou si la réponse de votre employeur ne vous satisfait pas, la Loi sur la santé et la sécurité au travail garantit aux travailleurs le droit de refuser du travail quand ils ont une raison de croire que leur milieu de travail risque de compromettre leur santé et leur sécurité.

Ce droit est restreint pour certaines activités professionnelles, dont celles qu'exercent les pompiers, les agents de police et les agents des services correctionnels.

Lorsqu'un travailleur refuse de travailler, son employeur est censé observer la marche à suivre décrite dans la Loi sur la santé et la sécurité au travail.

Lorsqu'un employeur croit qu'il est sécuritaire de retourner travailler, mais que le travailleur n'est pas d'accord, il faut que le ministère du Travail en soit informé. Le ministère fera ensuite une enquête.

Retour en haut

 

Ai-je le droit de prendre un « congé d'urgence personnelle » à cause du virus du Nil occidental ?

Si vous travaillez pour quelqu'un qui emploie régulièrement au moins 50 personnes, vous avez droit à ce congé si vous avez une maladie, une blessure ou une urgence médicale qui est de nature personnelle. Vous pouvez aussi prendre un congé d'urgence personnelle si certains des membres de votre famille ont contracté le virus.

Le congé d'urgence personnelle est un congé non payé, avec protection d'emploi, d'une durée maximale de 10 jours chaque année civile. Votre employeur ne peut pas vous punir de quelque façon que ce soit parce que vous avez pris un congé d'urgence personnelle.

(Pour de plus amples renseignements, voir Votre guide de la Loi de 2000 sur les normes d'emploi, ou communiquer avec le ministère au 1 800 531-5551.)

précédent